À la découverte des terres inexploitées, partie 4/5 : « Les mondes perdus du continent africain »

Le monde n’a pas encore dévoilé toutes ses richesses. De nombreux espaces, constituant des réserves de biodiversité uniques, restent vierges de tout chantier humain. Face à l’épuisement des ressources naturelles, l’Homme repousse ses limites et accède à des endroits de plus en plus reculés du globe terrestre. Ces « terres rares » pourraient être son passeport de vie pour les siècles à venir. Pendant une semaine, Le Journal International vous propose un passage en revue. La chasse aux trésors ne fait que commencer…

Précédemment dans ce dossier…

Partie 1/5 : « Sous l’océan… »

Partie 2/5 : « Antarctique, Arctique… par delà les glaciers »

Partie 3/5 : « Au cœur de la forêt vierge »

Le continent africain est parfois dit « sous-perfusion ». Ce diagnostic se doit d’être nuancé. Il compte encore de nombreuses régions inexplorées et recèle d’immenses potentialités. C’est dû, entre autres, à l’inaccessibilité de certaines régions et au manque d’infrastructures. Continent en devenir, l’Afrique représenterait 30 % des ressources minérales mondiales. Les réserves de chrome, de manganèse et d’uranium sont particulièrement importantes.

Diembéring au Sénégal. Crédit Angel Hernansaéz.

Diembéring au Sénégal. Crédit Angel Hernansaéz.

Les « terres rares » prennent également sens pour désigner des métaux tels que le scandium, le cérium ou encore le néodyme. Ces substances sont très dispersées sur la planète et profondément ancrées dans l’écorce terrestre. En Afrique, on les trouve principalement au sud-est. Ils sont devenus indispensables à l’Homme, car utilisés dans les ordinateurs portables, les smartphones et les voitures électriques notamment.

Un milliard de barils potentiels au Sénégal

Lors de leur exploitation, des déchets toxiques sont rejetés dans l’air et représentent une nuisance sanitaire pour l’être humain. Ces gisements à ciel ouvert constituent par ailleurs une profonde dégradation environnementale. Le facteur écologique avait été le motif de leur fermeture. Avec les progrès des nouvelles technologies certains pays parlent de réinvestir ces ressources particulièrement stratégiques. D’autres, tels que les États-Unis, ne se font pas prier pour cela.

Dotée de grandes réserves pétrolières, l’Afrique est un point d’approvisionnement qui allèche les grandes puissances. En 2016, un nouveau trésor y a été déniché sur sa côte ouest. Des possibilités d’extraction de pétrole et de gaz gigantesques ont été démontrées. Plus d’un milliard de barils de pétrole pourrait par exemple être produit rien qu’au Sénégal.

L’Afrique est parfois appelée « berceau de l’Humanité ». Visiblement, c’est aussi son avenir.

Jusqu’au bout du monde…

Tant de territoires nous sont encore inconnus et constituent des réservoirs de richesses insoupçonnées. La Bolivie et son « or blanc », le lithium, apparaît comme un nouvel enjeux énergétique. Les sables bitumineux sont en train de faire du Canada un poids lourd dans la production de pétrole. Mais la course aux ressources n’est pas que terrestre, la conquête spatiale serait en train de devenir le nouvel eldorado.

À venir dans ce dossier…

 

Partie 5/5 : « Les paradis sous roche de l’Asie »

Vous aimerez aussi