À Leipzig, l’art naît entre les briques

Leipzig conserve les marques de son histoire. Reconnaissable par ses nombreux bâtiments de briques rouges, le quartier de Plagwitz, à l’ouest de la ville, fut l’un des plus importants quartiers industriels d’Allemagne au XIXème siècle. Aujourd’hui, certains de ces bâtiments sont réaffectés à d’autres usages, comme des musées ou des centres culturels. D’autres, laissés à l’abandon, sont des lieux de création pour les street artists.

Crédit Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Sur la Zschochersche Straße, l’usine Philipp Swiderski, spécialisée dans les machines d’imprimerie, a été construite en 1888. Elle n’est plus en activité depuis 1990.

Crédit Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Cette ancienne fabrique est connue dans le quartier. On y rencontre des graffeurs, des visiteurs, des jeunes gens venus traîner sur le toit et boire de la bière.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Dans ces lieux laissés à l’abandon, la nature reprend ses droits. Des arbres naissent entre les briques, dans les fissures et sur les toits.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Dans certaines usines désaffectées sont organisées d’immenses nuits électro. Pour les organisations à l’origine de ces projets, l’objectif est de promouvoir la culture alternative à Leipzig et de rassembler les gens dans de grands espaces propices à la création. Ces soirées mêlent la musique électronique à d’autres formes artistiques. Elles sont organisées illégalement.

Des bâtiments à l’abandon qui façonnent le paysage

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

L’ancienne gare de Leipzig-Leutzsch est située au Nord-Ouest de la ville. Elle a été construite en 1856 et constituait alors le terminus de l’une des premières voies de chemin de fer d’Allemagne.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Sur ces lieux abandonnés s’accumulent de nombreuses affiches publicitaires. Elles sont le témoin des événements qu’a connus la ville au fil du temps. Ici, un marché aux puces nocturne.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

En se promenant dans les rues de Plagwitz, on longe de nombreux bâtiments de briques rouges laissés à l’abandon. Les murs sont tagués, les vitres cassées.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

© Lily Cornaërt

“Je pense à moi” – Crédit Lily Cornaërt

« Du coton à la culture »

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

De nombreux bâtiments industriels ont pourtant été réaffectés à d’autres usages. Au cœur de la Baumwollspinnerei, la Halle 14 est un centre municipal d’art contemporain.

Fondée en 1884, elle est devenue, dans les années qui ont suivi, la filature de coton la plus importante d’Europe. Une véritable cité ouvrière s’est créée autour de l’usine. Elle a cessé de fonctionner en 1993.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

« Du coton à la culture » est le slogan de cet immense centre dédié à l’art. Aujourd’hui, la Spinnerei est un centre culturel qui abrite des galeries, des ateliers d’artistes et d’artisans. Elle accueille des danseurs, des musiciens et des comédiens, des artistes résidents. Une véritable centrale culturelle, une rencontre entre l’art et l’Histoire.

© Lily Cornaërt

Crédit Lily Cornaërt

Vous aimerez aussi