Alternatiba : des solutions pour contrer le changement climatique

Le 22 septembre dernier avait lieu à Genève le 4ème festival Alternatiba Léman. Un festival qui offre des alternatives locales pour vivre et consommer de manière plus durable et en accord avec notre environnement. Des dizaines de milliers de personnes étaient présentes au parc des Bastions ce samedi.

« Changer le système pas le climat »

Alternatiba c’est avant tout l’histoire d’une poignée d’hommes et de femmes qui décident en 2013 de créer un mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale. C’est à Bayonne, alors que le volet I du 5ème rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) réaffirme l’impact de l’activité humaine sur le réchauffement climatique, que le premier village des alternatives voit le jour. L’engouement de 12000 personnes a ainsi permis de lancer un appel à la création de centaines d’Alternatiba en France et à l’étranger.

Alternatiba est fondé sur le constat que le réchauffement climatique s’accélère et qu’il est temps d’agir pour éviter d’atteindre des seuils d’emballements climatique inarrêtables. Pour cette raison, le festival offre des solutions alternatives et cherche à les renforcer pour sensibiliser le plus d’individus possible. Le but étant de changer le système, pas le climat.

De multiples actions grâce à plus de 150 collectifs

Ce mouvement a gagné de l’ampleur ces dernières années pour aujourd’hui compter plus de 150 collectifs Alternatiba répartis sur le territoire français et au-delà. La Suisse, le Sénégal, Haïti, l’Espagne, ou encore la Grande-Bretagne en font partie.

Ces universités populaires à ciel ouvert permettent de réorganiser l’espace public autour de toutes les sphères de nos sociétés. En effet,  l’économie, l’agriculture, l’alimentation, le transport, l’éducation, ou encore l’énergie, sont des thèmes directement touchés par le changement climatique. S’ajoutent à cette fonction altruiste, de véritables mobilisations cherchant à essaimer le message des alternatives. De nombreuses manifestations citoyennes ont ainsi vu le jour à la veille de la COP21, et plus récemment contre les traités de libre-échange. Le mouvement doit également son succès au « Tour Alternatiba« , un voyage de quatre mois en vélo autour de la France et dans les pays frontaliers. Ce périple a pour objectif de démontrer qu’un autre système économique et social est possible pour notre monde.

Alternatiba Léman

C’est tout d’abord dans le but de mobiliser les acteurs de la société civile lors de la COP21 que le festival s’est exporté en Suisse. Puis, la construction d’une région genevoise et d’une identité transfrontalière durable, équitable et solidaire est devenue centrale à Alternatiba Léman. Si la question du climat est omniprésente au festival, celle de l’organisation de la société et du modèle de développement est elle aussi fondamentale.

C’est pour ces raisons que des centaines d’organisations et d’associations étaient présentes le 22 septembre dernier. L’une d’elle était l’association/épicerie Le Bocal Local, représentée par sa co-créatrice Déborah.

Rencontre

 Crédit Léore Pujol Piffat

Cela fait maintenant trois ans que Déborah participe au festival Alternatiba Léman. Son association Le Bocal Local offre des alternatives et promeut une citoyenneté éco-responsable. L’épicerie propose des produits sans emballages jetables et principalement locaux pour encourager l’interdépendance entre l’environnement et la santé par la « consom’action ». Ce magasin en vrac est l’exemple type d’un système dans lequel il est possible de consommer autrement, de manière raisonnée, locale et biologique pour réduire son impact écologique. Les changements de comportements sont signes d’entraide et de création de lien sociaux. Ces éléments sont les composants essentiels de l’association Le Bocal Local.

Déborah cherche ainsi à constituer un réseau de soutien entre consommateurs en formant des synergies entre les acteurs de la société. Elle privilégie la coopération plutôt que la concurrence en collaborant avec différentes associations partageant les mêmes valeurs qu’elle.

Construction d’une conscience collective

En Suisse comme à l’étranger, le festival accroit sa popularité depuis plusieurs années. Plus encore, Déborah constate qu’une conscience collective grandissante perturbe actuellement toutes les sphères de notre société. Les citoyens et citoyennes se rendent compte de l’urgence dans laquelle se trouve notre planète. Ils sont de plus en plus nombreux à s’insurger contre le système destructeur dans lequel nous vivons.

Comme nous le rappelle le festival Alternatiba, la question du changement climatique et de la protection de l’environnement touche l’entièreté du prisme sociétal. Les alternatives sont vastes et multiples et surtout à portée de mains : il nous suffit juste de les saisir!

Vous aimerez aussi