Iran : l’histoire d’Ahmad, victime de Khomeiny, symbole de la jeunesse

À la suite de la 46ème édition du festival de bande dessinée d’Angoulême 2019, un récit graphique nous fait découvrir la vie bouleversante d’Ahmad Raouf-Basharidoust, l’une des victimes de la disparition forcée de plusieurs milliers de détenus  politiques dans les prisons de Khomeiny entre juillet et septembre 1988 à travers l’Iran.

Illustrée de manière originale sous forme d’une bande dessinée et racontée par sa sœur, Massoumeh, elle-même rescapée des geôles de Khomeiny, Un petit prince au pays des mollahs* raconte le destin inachevé d’Ahmad, qui n’a vécu que 24 ans mais avec une intensité qui nous touche de près. Son histoire commence par une enfance heureuse au bord de la Mer Caspienne et se termine aux geôles d’une dictature religieuse brutale avec, en toile de fond, l’histoire d’une révolution volée par les religieux.

Vif et curieux, dès sa tendre enfance, audacieux et déterminé à l’aube de son adolescence, il se révolte contre la répression du régime des mollahs et se bat héroïquement pour la liberté et la justice avant d’être arrêté, torturé et sauvagement assassiné.

Un drame entouré de mystères

Les pourquoi, quand et comment de Massoumeh sur la disparition de ce petit prince aux yeux et cheveux clairs de la famille, demeurent depuis trente ans des questions sans réponse. Elle cherche toujours à savoir où est enterrée son frère bien aimé qui était également son camarade de lutte. En illustrant la vie d’Ahmad, Massoumeh dépeint ces moments forts d’amour, de complicité, de lutte, d’inquiétude, de perte… ces souvenirs qu’elle avait gardés précieusement dans son cœur depuis trois décennies et qu’elle partage généreusement avec nous.

Dans son émouvante préface, Ingrid Betancourt, l’ex otage des FARC en Colombie, note à juste titre que « l’histoire d’un petit prince au pays des mollahs nous livre sans aucun maquillage le drame humain de millions d’Iraniens », puis ajoute : « Dans le monde étouffant et misogynie des mollahs, les héroïnes d’Ahmad étaient sa mère et sa sœur ».

Une vie exemplaire

Il est vrai que le parcours d’Ahmad est aussi celui de nombreux jeunes iraniens de l’époque. Une jeunesse habitée par des idéaux de liberté et de justice. Ce combat digne et courageux se poursuit de nos jours et mérite une attention particulière de la jeunesse de l’Occident en quête de repères et d’un sens à la vie.

En ce début du XXIème siècle, le soutien que peut apporter l’opinion publique en Occident au combat de la jeunesse et des femmes iraniennes contre l’obscurantisme meurtrier des mollahs et le terrorisme qui en découle, pourrait contribuer, en ces temps troubles, à une amélioration de la condition humaine en générale.

Une nouvelle génération prend la relève à un moment charnier de l’histoire contemporaine. Un petit prince au pays des mollahs un apporte un aperçu inédit.

Photo de bannière. Discours du 3 juin 1963 de l’ayatollah Khomeiny qui fera exécuter par la suite, en 1988, entre 3000 et 4500 prisonniers (majoritairement politiques). Crédit : emam.com


Infos pratiques :
Massoumeh Raouf participera à une dédicace le 8 févier prochain lors d’un Rassemblement pour la liberté en Iran, Place Denfert Rochereau, à Paris, à 14h.
*« Un petit prince au pays des mollahs« , Massoumeh Raouf  Basharidoust (Auteure), Summer Harman (Illustrations), Société des écrivains, décembre 2018, 16€90

Vous aimerez aussi