Carnaval: quand le monde est en fête

De Rio de Janeiro, à Dunkerque en passant par Venise, le mois de Février est synonyme de festivités. En effet, des millions de personnes s’animent au rythme du carnaval. Souvent, ces traditionnels défilés sont synonymes de démesure et de fête. Chaque pays voire chaque ville a ses propres traditions pour célébrer cette période qui marque l’entrée dans le carême. Le Journal International vous propose un tour du monde des traditions carnavalesques.

L’histoire du carnaval est indissociable de celle du carême, période de jeune dans la tradition chrétienne. Ainsi le terme provient de la langue latine “carne levare”, littéralement enlever la viande. Ici la viande désigne le gras interdit pendant le jeûne. Alors, durant le carnaval, les chrétiens profitent de tous les excès interdits pendant quarante jours. En Europe, le Carnaval résulte du métissage la tradition Antique des Saturnales avec la religion chrétienne. Auparavant les festivités s’étalait de Noel au Premier jour du Carême. Mais aujourd’hui cette tradition a traversé les frontières afin de s’établir de partout dans le monde, apportant une bulle de bonheur et de folie dans le quotidien.

A Rio : festival de couleur et de démesure

Photo libre de droit de Sambodrome Présentation Dans Une École De Samba Pour Le Carnaval De Rio De Janeiro banque d'images et plus d'images libres de droit de Artiste de spectacle -

Rio de Janeiro le 14 février 2010 (Source image : Fernando Quevedo sur IStock)

Le carnaval de Rio est incontestablement le carnaval le plus célèbre au monde. Au Brésil, cette célébration est une institution et constitue une des fêtes nationales du pays. Les festivités s’étendent du vendredi précédant le Mardi Gras à ce dernier. Chaque année Brésiliens et des touristes du monde entier remplissent Sambodrome et ses 75 000 places. Alors, le lieu accueille le défilé de toutes les écoles de la ville qui travaillent toute l’année pour cet évènement. Elles espèrent toutes se voir remettre le prix de la meilleure école de la ville, trophée remis depuis 1932.

La préparation du Carnaval est très longue et débute souvent à l’issue du carnaval de l’année précédente. Les costumes et les chars sont extravagants afin de se préparer à la période calme et austère du carême. Alors, tous les excès sont permis et notamment pour les chars que plus de 200 personnes fabriquent manuellement. Les plumes, les grandes structures, le seul mot d’ordre dans la fabrication des costume est l’extravagance.

Premièrement, le vendredi est la date de remise de  la couronne au Momo, figure grecque de l’Ironie, symbole du carnaval. On l’élit grâce à un concours et le maire lui remet les clés de la ville pour 4 jours, débutant son règne festif. Dès lors, les chorégraphies de Samba fleurissent à tous les coins de rue jusqu’à l’évènement final : le défilé dans le sambodrome. Celui-ci est synonyme d’une nuit de danse durant près de huit heures, jusque l’aube. A l’issue du Mardi Gras, la vie reprend son cours et les Brésiliens, souvent pieux, commencent le carême et sa période de quarante jours de calme.

En Afrique du Sud : la célébration d’une nouvelle année

Kaapse Klopse Banque d'image et photos - Alamy

Carnaval en Afrique du Sud (source image : Alamy Images)

Chaque 2 Janvier les habitants du Cap envahissent la ville pour Kaapse Klopse. Ce carnaval qui remplit les rues de musiques, de chars et de danse est une tradition issue de la fête des esclaves crée au XIXe siècle.  A cette époque, les colons néerlandais fêtaient la nouvelle année. Alors, des milliers de ménestrels, musiciens médiévaux, s’organisaient en klopse, troupes en Kaapse Afrikaans. Cette fête était alors le jour de repos des esclaves qui pouvaient occuper leur journée à leur guise.

Contrairement aux costumes extravagants du Brésil, ceux du Cap sont plutôt classiques. En effet, le carnaval du cap porte son attention sur les paillettes, des chapeaux et des parapluies originaux. L’accent est mis sur la couleur car cet évènement était auparavant la seule fête des esclaves qui pouvaient, le temps d’un jour, oublier leur condition.

Les défilés sont faits par des ménestrels qui s’organisent par eux même en groupe. Ces différents groupes chantent dans les villes des chants en Afrikaans. Le carnaval est avant tout une tradition familiale qui se perpétue depuis le XIXe siècle. Elle est un temps d’hommage à l’histoire sud-africaine où les habitants du cap commémorent leur passé.

A Venise : mystère et raffinement

Carnaval de Venise 2020 : dates programmes photos

Carnaval de Venise en février 2020 (Source image : Venise style)

Le carnaval de Venise est le plus célèbre d’Europe. En effet, l’évènement joue rôle majeur dans le tourisme de la ville. Chaque année, la municipalité récolte près de 70 millions d’euros grâce au demi-million de touristes présents. Durant cette période, des couples masqués aux tenues de style renaissance et des confettis colorent la place Saint Marc. La fête date du Xe siècle dans sa version non costumée. Deux siècles plus tard, les Vénitiens se vêtissent pour montrer les séductions de la richesse et de la mode.

Traditionnellement, cette fête célèbre la liberté et le travestissement. Sous leurs masques les vénitiens et vénitiennes se permettent de critiquer les nobles. Également, cette période n’est pas traversée par la séparation entre les riches et les pauvres. Les costumes s’inspirent des personnages de la commedia dell’arte, créée dans la ville de Bergame, près de Milan. Il n’est donc pas rare de croiser un Arlequin ou un Polichinelle au détour d’une rue. Le Carnaval de Venise se démarque par ses masques dont l’origine remonte au théâtre. En effet, dans la Commedia dell’arte, les différents personnages se reconnaissaient grâce à cet accessoire.

La célébration dure vingt jours, et s’achève le jour du Mardi Gras. Elle débute par le vol de l’ange où une jeune fille descend le long d’une tyrolienne sur la place Saint Marc le premier dimanche du carnaval. La veille a lieu la Fête des Maries, durant laquelle douze belles vénitiennes défilent la ville. L’évènement rend hommage au Doge de Venise qui offrait chaque année de merveilleux bijoux à douze vénitiennes. Les vingt jours de fêtes s’animent de défilés, de concerts et de représentations théâtrales dans les rues. A l’issue du mardi gras, le carnaval s’achève et les italiens retrouvent le calme des gondoles.

En Martinique : un incontournable de l’année

Carnaval Fort-de-France Martinique 2010 | Nawal_ | Flickr

Carnaval à Fort-de-France en février 2010 (Source image : Nawal_ sur Fickr)

Le carnaval de Martinique est une période incontournable du calendrier de l’île. En effet, chaque année, la ville de Fort-de-France accueille de nombreux chars, défilés et orchestres de rue. La tradition remonte au milieu du XVIIIe siècle, période où l’île était encore soumise à l’esclavagisme. A cette époque, le carnaval dénonçait les conditions quotidiennes en tournant à la dérision les souffrances de la vie coloniale. Les esclaves se sentaient alors libres, l’espace d’un instant autour de chants, danses et célébrations traditionnelles. La fête n’était pas alors un moment de liberté, mais un instant de dénonciation des affres d’une vie rude et sans repos.

Le carnaval de Martinique s’étend sur cinq jours et se termine le jour du Mercredi des cendres. Le samedi, premier jour de la célébration, a lieu la sortie des reines. Ces dernières sont élues dans leur municipalité et sont toutes accompagnées de dauphine. Ce jour-là, elles défilent toutes vêtues de leurs plus belles robes dans les rues de la ville où elles suscitent émerveillement et admiration. Le Mardi Gras voit tous les carnavaliers s’habiller en rouge et des cornes, pour symboliser le Diable. Les Martiniquais portent également Vaval, roi du carnaval, une statue représentant une personne ou une actualité marquante. Le dernier jour du carnaval, des Martiniquaises déguisées en diablesse mettent feu au personnage marquant la fin de la période de fête.

Les costumes du Carnaval de Martinique sont variés et laissent libre court à l’imagination. Les Habitants peuvent se travestir ou encore se moquer ouvertement d’une personne. Néanmoins, les Martiniquais n’oublient pas la tradition esclavagiste. Les habitants portent alors des fouets qui symbolisent l’esclavage passé. Le Vaval est le plus haut symbole de cette festivité car sa consumation permet de purifier les âmes avant une nouvelle année.

Ainsi s’achève notre tour du monde des Carnaval. Du sambodrome de Rio de Janeiro aux rues de Fort de France le carnaval anime le monde de son esprit de fête. Néanmoins, cette année est bouleversée par la crise sanitaire de la Covid-19 qui contraint des millions de carnavaliers du monde entier à rester chez eux. En effet, de nombreux carnavals sont annulés ou reportés privant certaines villes de leur plus grand afflux touristique. Mais si cette année 2021 n’est pas amie des fêtes, on ne peut qu’espérer voir en 2022 ces belles villes retrouver la couleur et la musique de la fête et de la Liberté.

Vous aimerez aussi