Chine et Canada: Les tensions augmentent

En décembre 2018, les autorités canadiennes arrêtent la numéro deux de la marque Huawei sur leur territoire. La Chine, avec qui les relations diplomatiques se sont dégradées au fil des années, a placé deux Canadiens en détention les jours suivants. Le 19 juin 2020, la Chine inculpe formellement ces derniers comme des espions. Est-ce une vengeance ou des “simples” tensions entre deux pays?

Le 1er décembre 2018, les États-Unis demandent au Canada d’arrêter la numéro deux de Huawei, Meng Wanzhou. Elle est accusée d’avoir contourner les sanctions américaines imposées à Iran en montant un réseau financier exprès pour cette démarche. Elle est libérée sous caution le 12 décembre 2018. Elle est en attente d’une audience qui pourrait se dérouler aux États-Unis. Il s’agit d’une bataille commerciale entre les États-Unis et la Chine où le Canada est mêlé et en subit les conséquences.

À l’international, la politique étrangère des États-Unis devient la norme. Le pays demande l’extradition de Meng Wanzhou. L’un des avocats de cette dernière, Richard Peck, estime que ce dossier serait “inhabituel” et “unique”, puisque la police canadienne et les services frontaliers ont commis un abus de procédure lors de son arrestation. Un acte qui n’est pas passé inaperçu pour la Chine, qui neuf jours plus tard, arrête deux Canadiens sur son territoire. Michael Krovig, ancien diplomate, et Michael Spavor, homme d’affaires, sont incarcérés dans une prison rudimentaire en Chine depuis.

Alors que Meng Wanzhou n’est plus en prison, les deux Canadiens le sont toujours. Le 19 juin, ils ont été formellement inculpé pour espionnage. Cette affaire prend de l’ampleur. Les experts occidentaux la voient plutôt comme une “vengeance“, une mesure de représailles. La Chine dément ces accusations. La justice canadienne pourrait arrêter la procédure d’extradition de Meng Wanzhou pour faciliter la sortie de prison de ces hommes, dit la juriste canadienne Louise Arbour sur Radio-Canada. Le sort de ces hommes est incertain. Sortiront-ils tôt de prison? Sont-ils réellement coupables d’espionnage? Il est en revanche certain que les tensions entre ces pays ne cessent d’augmenter.

Canada et Chine: une éventuelle réconciliation?

En janvier, un comité parlementaire s’est formé pour discuter d’une possible réconciliation avec la Chine. Malgré les discussions, ce conflit est toujours d’actualité. L’inculpation des deux Michael met le Canada en garde. Tandis que Meng Wanzhou a seulement un bracelet électronique, Michael Krovig et Michael Spavor sont enfermés, sans contact avec leur famille ou leurs avocats. Ils n’ont le droit de parler qu’avec le représentant de l’ambassade, une fois par mois pendant une demie-heure. Wanzhou dit qu’elle a le temps de lire des livres et de finir des peintures. A l’inverse, les deux Michael, séparés dans des différentes prisons, n’ont pas accès à des livres, et n’ont droit qu’à seulement 15 minutes de promenade.

Les conditions hostiles de ces deux hommes préoccupent le pays sur l’espoir d’une possible libération. Louise Arbour déclare que la justice canadienne peut et doit stopper la procédure d’extradition de Meng Wanzhou, s’ils veulent que les Canadiens soient libérés. Cela pourrait conduire à une diminution des tensions. Mais que fait la justice? Les États-Unis sont préoccupés du sort de ces deux hommes. Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, le déclare dans un communiqué : “Les États-Unis sont aux côtes du Canada pour appeler à Pékin à libérer immédiatement les deux hommes et rejettent l’utilisation de leur détention injustifiée pour intimider le Canada.”

Cette inculpation s’est faite quelques jours après que la Chine ait demandé la libération immédiate de Meng Wanzhou. Justin Trudeau, Premier Ministre du Canada, lors d’un point de presse le 19 juin, montre sa déception envers la Chine. “C’est sûr que c’est une chose qui nous préoccupe et on est très déçus de l’étape franchie par la Chine ce matin.” Il promet, notamment, de continuer le dialogue avec la Chine et ses Alliés, tout en condamnant cette détention “arbitraire”.

Tensions États-Unis et Chine: le Canada est-il seulement un pion?

Alors que les relations entre le Canada et la Chine se dégradaient au fil des années, l’arrestation de la numéro deux de Huawei est la goutte qui a fait déborder le vase. Le Canada et la Chine coopèrent depuis des années, dans le commerce, l’économie ou l’enseignement. Ils échangent une grande quantité de personnes chaque année pour étudier ou travailler.

En revanche, les États-Unis et la Chine sont en conflit depuis des nombreuses années. Les États-Unis ont déclaré une “guerre économique” contre l’entreprise chinoise Huawei. Malgré les sanctions, l’entreprise voit ses chiffres en hausse. Un conflit économique et commercial où le Canada se serait emmêlé, alors que sa relation avec la Chine était bonne. Pendant des années, des chefs diplomatiques se sont très souvent réunis pour discuter des nouvelles façons de tisser leur relation.

Actuellement, malgré le dialogue, la relation atteint un état critique. Les entreprises, étudiants et travailleurs continuent à se déplacer. Cependant, les relations diplomatiques sont en danger. La Chine dément toute forme d’intimidation envers le Canada. Les États-Unis font quant à eux pression sur celle-ci pour qu’elle libère les détenus. Les accusations d’espionnage sont toujours sur la table. Selon eux, ils ont divulgué “des secrets d’État”.

L’épouse de Michael Krovrig, Vina Nadjibulla, pense qu’Ottawa devrait faire plus pour libérer les deux Michael. “Les deux sont des pions dans un jeu géopolitique”, affirme-t-elle le 23 juin dans la chaîne CBC. Ce terme de jeu géopolitique, utilisé par de nombreux experts d’Occident, est démenti par la Chine. Le Canada est entré dans le conflit entre ces deux pays, et c’est Michael Krovig et Michael Spavor qui en subissent les conséquences. Certains parlent d’un échange de détenus. Cependant, les États-Unis refusent complètement. Entre temps, les Michael sont en détention en Chine, et leurs familles, attendent, avec espoir, leur retour.

Vous aimerez aussi