Covid-19 : la vaccination dans les Territoires palestiniens

Alors que l’Etat hébreu a déjà vacciné 12 % de sa population avec le vaccin Pfizer-BioNTech, les Palestiniens vivants dans les territoires occupés – Cisjordanie, Jérusalem-Est, bande de Gaza – sont en revanche mis au ban de la campagne de vaccination.

« Le gouvernement israélien doit cesser d’ignorer ses obligations internationales en tant que puissance occupante et prendre les mesures nécessaires pour que des vaccins contre le COVID-19 soient fournis de manière équitable et juste aux Palestinien.ne.s vivant sous occupation en Cisjordanie et dans la bande de Gaza » a déclaré Amnesty International le mercredi 6 janvier 2021.

Les Territoires palestiniens durement touchés par la crise épidémique

Les hôpitaux palestiniens présents dans les territoires occupés par Israël sont saturés, victimes du manque de personnel et de matériel. 1600 Palestiniens sont morts du coronavirus depuis le début de la pandémie et la situation ne s’améliore toujours pas à l’heure actuelle. Les quelques cinq millions de Palestiniens résidants en Cisjordanie et dans la bande de Gaza sont écartés de la campagne de vaccination israélienne. Dimanche dernier, l’Autorité Palestinienne a fustigé Tel-Aviv de ne pas accorder de vaccins aux Palestiniens de Cisjordanie qualifiant ce geste de contraire au droit international.

Selon une récente étude du Bureau central palestinien des statistiques, le chômage a augmenté en atteignant 14,2 % en Cisjordanie et 44,5 % dans la bande de Gaza. Le déficit public n’est pas non plus épargné puisqu’il a dépassé le cap des trois milliards de dollars. Sous blocus israélien depuis juin 2007, la bande de Gaza est sans nul doute la zone la plus touchée par la crise. En effet, plus de 80 % des lits hospitaliers sont occupés par des patients atteints du Covid-19, ce qui ne vient guère améliorer la situation sanitaire palestinienne. L’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, a annoncé le prolongement de l’aide financière accordée aux Gazaouis afin de les aider dans la lutte contre l’épidémie.

COVAX, Spoutnik V : quelle porte de sortie pour les Palestiniens ?

En raison du manque d’entrepôts frigorifiques, les Palestiniens ne peuvent se fournir auprès du laboratoire américain Pfizer qui a mis au point un vaccin devant être conservé à très basse température. L’Etat hébreu a remis des dizaines de doses de vaccin à l’Autorité Palestinienne, ce qui est jugé par beaucoup comme insuffisant.

Ramallah espère pouvoir bénéficier du programme COVAX dirigé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Ce projet a pour objectif de fournir des vaccins à 20 % de la population de tous les pays participants. Pour beaucoup d’entre eux, ces pays sont pauvres et considérablement affaiblis par la pandémie. « Nous avons reçu une lettre officielle de l’OMS selon laquelle l’acheminement des vaccins commencera le mois prochain afin de couvrir 20 % de la population » a indiqué Yasser Bouzia, fonctionnaire au ministère palestinien de la Santé.

May Al-Kaila, la ministre palestinienne de la Santé, s’est également fournie auprès de Moscou afin d’obtenir des doses du vaccin Spoutnik V. Néanmoins, les responsables russes ont indiqué qu’ils ne détenaient pas encore suffisamment de doses pour assurer les commandes.

Des Palestiniens antivaccins à Jérusalem-Est

Avoir à disposition un vaccin c’est bien, mais se faire vacciner c’est mieux ! Seuls 20 % des Palestiniens de Jérusalem-Est se sont faits vacciner dans le centre de vaccination situé dans le quartier de Beit Hanina. Les Palestiniens de Jérusalem-Est représentent environ 38 % de la population de la ville trois fois sainte. Ces derniers ne possèdent pas la citoyenneté israélienne mais sont en revanche couverts, pour 70 % d’entre eux, par Clalit, l’un des quatre organismes de gestion de santé en Israël.

« Beaucoup racontent des théories conspirationnistes : ils veulent nous tuer, ils veulent nous stériliser, cela va altérer notre génétique. On m’a posé des questions très étranges. J’ai même des employés ici, dans ce centre, qui se convainquent mutuellement de ne pas se faire vacciner » a déclaré Dima Bitar, membre du centre Clalit.

Une coopération israélo-palestinienne est-elle possible ?

En mars 2020, les autorités israéliennes ont autorisé l’acheminement d’équipements médicaux à Gaza. L’Organisation des Nations Unies (ONU) a félicité Israël pour sa coopération avec les Palestiniens dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Cette entraide est le symbole d’une collaboration spontanée allant au-delà des divisions entre les deux camps. En revanche, la question qui reste en suspens est de savoir si cette bonne entente va perdurer, voir même s’améliorer en permettant la vaccination de l’ensemble des Palestiniens présents dans les territoires occupés ?

 

https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/covid-israel-vaccine-massivement-les-palestiniens-dans-lattente-1281084

https://fr.timesofisrael.com/virus-les-palestiniens-esperent-recevoir-les-premiers-vaccins-en-fevrier/

https://fr.timesofisrael.com/mefiants-les-palestiniens-de-jerusalem-est-se-font-peu-vacciner/

https://www.chroniquepalestine.com/campagne-vaccination-met-a-nu-apartheid-israelien/

https://www.chroniquepalestine.com/la-face-sombre-de-la-campagne-de-vaccinations-en-israel/

https://www.i24news.tv/fr/actu/israel/1609960673-coronavirus-israel-a-remis-des-dizaines-de-doses-de-vaccin-a-l-autorite-palestinienne-medias

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2021/01/denying-covid19-vaccines-to-palestinians-exposes-israels-institutionalized-discrimination/

https://www.ouest-france.fr/monde/israel/israel-accuse-d-etre-un-regime-d-apartheid-7116203

 

Photo de Ben_Kerckx

Vous aimerez aussi