Château de Kruja (Photo IsmailGagica)

DOSSIER SPÉCIAL ALBANIE | Un peu d’Histoire au pays des aigles

Pendant deux semaines, notre journaliste albanais Leon Mollaj vous emmène à la découverte de son pays d’origine. Immergez-vous au cœur de cette nation méconnue des Balkans. Aujourd’hui, petite piqûre de rappel sur son Histoire.

L‘Illyrie a longtemps été gouvernée par les rois. L’un des premiers était Agron, aux alentours de 250 av. J-C. Lui succédèrent les rois Ballai, Bardhyl, Bardhyl II, Gent, Glaukias, Monun, Skerdilaid. Le dernier d’entre eux fut la reine Teuta, qui régnât seulement deux ans de 228 à 230 avant l’invasion romaine. Lors de la scission interne de l’Empire romain dans les années 330, l’Illyrie resta sous la domination de l’Empire byzantin.

À partir de 1384, l’Albanie se vit confrontée à l’armée ottomane. Quelques décennies plus tard, Gjon Kastriot, prince d’Arbër, connut un échec à Krujë. Les Ottomans prirent en otage ses fils et les envoyèrent à Istanbul.

Gjergj Kastiot, héros de la résistance aux invasions ottomanes

Gjergj Kastiot, l’un d’entre eux, s’évada en 1443, accompagné de 300 militaires albanais. Il rentra afin de combattre l’Empire ottoman. Le 2 mars 1444, tous les princes de l’Albanie se rassemblèrent à la cathédrale de Shën Koll Lezhë et s’allièrent.

Statue de Gjergj Kastriot. Crédit Dennis Jarvis.

Statue de Gjergj Kastriot. Crédit Dennis Jarvis.

Cette alliance fut soutenue par le pape. Le Vatican cherchait à empêcher l’extension musulmane en Europe. Les massacres des Ottomans contre les populations étaient nombreux lors des invasions. Beaucoup furent convertis de force à l’Islam. À la tête de l’armée albanaise jusqu’à sa mort en 1468, Gjergj Kastriot a gagné toutes ses batailles. Le pape lui donna pour cela le titre de « Champion Christ ». Sa disparition fut un coup dur pour l’Albanie. Mais elle résista encore plusieurs années après son décès.

En 1474, l’Empire ottoman envoie 150 000 militaires pour une énième tentative d’invasion de l’Albanie. Ils ne réussissent pas à envahir le dernier château, celui de Rozafa, à Shkodër. Selon la légende, le sultan Mehmet II aurait déclaré, admiratif de la résistance albanaise : « quel beau nid a choisi l’aigle pour garder ses petits ». Les Ottomans rentrèrent à Istanbul. Mais en 1479, ils revinrent avec plus de 100 000 militaires. Après sept mois, le château tomba aux mains de l’Empire.

« Rome ! Rome ! »

Pour les Ottomans, ce château était le dernier obstacle pour entrer en Europe. Devant ses portes, ils auraient criés « Rome ! Rome ! », afin d’interpeller le pape et le peuple chrétien. Une part importante du peuple albanais fuit vers l’Italie. Les Ottomans commencèrent à détruire les églises pour construire des mosquées.

Château de Rozafa, Shkodër. Crédit Sigismund von Dobschütz.

Château de Rozafa, Shkodër. Crédit Sigismund von Dobschütz.

L’Albanie et toute l’Illyrie ont été envahies par l’Empire ottoman, excepté la principauté de Mirdita. Le 11 mai 1911, Shefqet Turgu Pacha mène une attaque de Mirdita, sans succès. La province resta le seul territoire illyrien jamais envahi par l’Empire ottoman. Il a ainsi conservé les traditions et coutumes albanaises et le catholicisme.

Lors des guerres balkaniques de 1912, une union d’Albanais, comptant notamment des chrétiens, des musulmans, des orthodoxes ou encore des bektachis, se forme. Elle parvient à gagner l’indépendance du pays vis-à-vis de l’Empire ottoman le 28 novembre 1912, après plus de cinq siècles d’invasion et d’occupation.

Photo de bannière : le château de Krujë. Crédit IsmailGagica.

Vous aimerez aussi