Les purges menées par Erdogan se poursuivent en Turquie, depuis le putsch manqué du 15 juillet dernier, supposément perpétré par Fethullah Gülen, chef religieux musulman. Le tour de vis prend une tournure autoritaire, le président Erdogan semblant vouloir contrôler toutes les strates de la société. Pas moins de 85 000 fonctionnaires et 27 000 enseignants ont été licenciés et environ 43 000 personnes ont été interpellées, des soupçons quant a leur allégeance au mouvement güleniste pesant sur elles. La Turquie est candidate à l’adhésion à l’UE ; sa requête paraît compromise car il est légitime de douter du caractère démocratique de son régime actuel.

Crédit Lucie

Crédit Lucie

Étudiante en science politique, curieuse, je (re)dessine le monde avec légèreté.

Vous aimerez aussi