Etat des lieux du Cool Japan

Le 2 février dernier, Yoshiro Modi, le président du comité d’organisation des Jeux Olympiques de Tokyo, a déclaré avec fermeté lors d’une réunion que ces JO se tiendront cet été, et ce “quoi qu’il arrive”. Cet évènement planétaire permettra au pays hôte d’affirmer son soft power à travers la promotion de sa culture et de son image. Le soft power japonais se diffuse mondialement via un concept : il s’agit du Cool Japan. En pleine émergence, lors de ces dernières années, il serait intéressant de revenir sur ce concept.

Le soft power est un moyen politique pour un Etat, une Organisation Non Gouvernementale ou bien encore d’une multinationale, d’orienter ses volontés par le biais du dialogue. Les moyens coercitifs afin d’imposer ses vues sont interdits. Influencer les grands acteurs des relations internationales est signe de puissance. Généralement, l’usage du soft power est lié à la promotion de son identité culturelle, de son image, de son attractivité, de son mode de vie ou encore de sa technologie. Aujourd’hui, le Japon est devenu l’une des plus grandes puissances culturelles mondiales. Nos contemporains emploient le terme « Cool Japan ». Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

L’émergence du “Cool Japan”

Le Cool Japan est un concept lancé en 2002 par le gouvernement japonais afin de mettre en exergue la culture japonaise. Cette doctrine a émergé au lendemain de la publication d’un article rédigé par Douglas McGray en 2002 et intitulé « Japan’s Gross National Cool ». A l’intérieur de celui-ci, on rappelle la puissance culturelle d’antan du pays asiatique lors des années 1980. Divers exemples peuvent venir illustrer cet article. Le film de Hayao Miyazaki, « Mon voisin Totoro » sortit en 1988 a connu un succès international. Des couturiers japonais comme le défunt Takada Kenzo connaissent une popularité sans précédent. A cette époque, la mode au Japon est en pleine effervescence. En reprenant l’intitulé de l’article écrit par McGray, le gouvernement a décidé de faire renaître son soft power sous le nom du Cool Japan.

Les acteurs privés et publics viennent apporter leur aide afin d’internationaliser le Cool Japan. Aujourd’hui, le Japon a récolté les fruits de son labeur. En effet, de nombreuses entreprises se sont implantées dans le monde afin de promouvoir cette culture japonaise. De nombreux secteurs sont concernés par ce phénomène comme la gastronomie, l’événementiel, la mode et le milieu audiovisuel entre autres. Selon le gouvernement japonais, environ 100 000 restaurants seraient ouverts en dehors du Japon. Dans le secteur de l’évènementiel, nous pouvons évoquer le succès fulgurant de la Japan Expo. Se tenant annuellement au parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, des milliers de personnes assistent à cette manifestation culturelle. Les studios d’animations japonais connaissent un tel engouement dans l’Occident, que leur production est désormais disponible chez la grande plate-forme cinématographique américaine, Netflix. Dernier exemple en date, l’animé Attaque des Titans produit par Wit Studio enregistre un visionnage sans précédent. Le Cool Japan atteint son apogée avec la tenue du championnat du monde de rugby en 2019, ainsi que celle des Jeux Olympiques de Tokyo qui se dérouleront l’été prochain.

Les controverses du Cool Japan

Cependant, le Japon cool détient une face cachée bien méconnue. Pendant que nous faisons l’éloge du soft power japonais, le gouvernement subit des critiques de la part de ses concitoyens. Selon le musicien Gackt, l’autorité japonaise ne respecte pas ses engagements “Le gouvernement japonais a fait une nouvelle tentative dans ce sens au nom de Cool Japan, mais bien qu’ils aient mis en place un énorme budget pour cela, ils n’ont aucune idée de la destination de cet argent […]. Je me demande ce que fait Cool Japan. Combien de personnes peuvent répondre clairement à cette question ?” . Le musicien japonais leur reproche le manque de transparence.

De plus, ce gouvernement serait accusé de corruption. De nombreux salariés ne seraient pas assez payés par rapport à leur travail fourni. On suppose que cet argent irait directement dans les poches des grands acteurs privés du pays. Ces accusations rendent moins glamour le Cool Japon.

En termes d’image, il serait pertinent pour le gouvernement japonais d’adopter une attitude plus responsable et plus digne de son rang de grande puissance mondiale. Un nouvel état des lieux pourrait être effectué à l’aube de l’exposition universelle d’Osaka en 2025.

 

Crédits photos : Osaka au Japon par Nuno Antunes sur Unsplash

Vous aimerez aussi