Etats-Unis : Bernie Sanders, un retour en grâce ?

Avec en ligne de mire les élections présidentielles du 3 novembre 2020, le camp démocrate se renforce avec un objectif clair : battre Donald Trump. Aujourd’hui composé de quinze candidats officiels, il était difficile d’établir un favori à cette primaire démocrate, jusqu’à la récente déclaration de candidature de Bernie Sanders, le 19 février 2019.

Une figure emblématique de la politique Américaine.

Le sénateur américain Bernie Sanders est loin d’être une surprise dans cette course à la Maison Blanche. En effet, âgé de 77 ans, cet indépendant lié au groupe démocrate a une très longue carrière derrière lui. D’abord maire puis membre de la Chambre des représentants pour le Vermont de 1991 à 2007, il devient sénateur du Vermont, réélu en 2012 et 2018.

Sa première campagne présidentielle se déroule en 2016. Il se déclare candidat le 5 avril 2015 et fait figure d’outsider, sans réelle menace pour Hillary Clinton. Cependant, sa campagne gagne en popularité à travers ce qu’il appelle une « révolution politique ».  Malgré sa défaite, il se fait reconnaître comme un candidat sérieux. Le 12 Juillet 2016, lucide, il affiche son soutient à Hillary Clinton pour faire barrage à Trump.

À moins de deux ans de l’élection du nouveau Président américain, aucun candidat officiel à l’investiture démocrate ne paraissait apte à battre Donald Trump. Sans nouvelles de Joe Biden, vice-président sous l’ère Obama, Bernie Sanders apparaît désormais comme le favori à cette investiture. Le 19 février 2019, il se déclare officiellement candidat, après de nombreuses rumeurs diffusées notamment par le site Politico.

Not me. Us.

« Not me. Us. », slogan de sa campagne présidentielle, Bernie Sanders souhaite une révolution politique, un changement considérable du fonctionnement de la société américaine. Dans une vidéo accompagné du slogan « Rejoignez le combat », il évoque ses principales préoccupations : des soins médicaux pour tous, des frais de scolarité gratuits à l’université, ainsi que l’ouverture d’un débat sur le réchauffement climatique… Auxquelles s’ajoutent l’augmentation du salaire minimum, le droit des femmes et une importante réforme de l’immigration.

Avant d’être président, Bernie Sanders souhaite surtout faire barrage à Trump. Un objectif qui lui vaut d’être attaqué de toutes parts, sur sa personne et sur sa politique. Durant son annonce de candidature, il n’a pas manqué pas de qualifier le président Trump de « plus dangereux président de l’histoire moderne américaine », ainsi que de « menteur pathologique ». Le camp des Républicains semble d’ores et déjà prêt à affronter Bernie Sanders en tant que candidat démocrate. Kayleight McEnany, porte-parole des Républicains, a déclaré : « Bernie Sanders a déjà gagné le débat de la primaire démocrate, car chaque candidat embrasse son idée du socialisme. »

Un indépendant parmi les Démocrates

Grace à la non candidature de Joe Biden, pour le moment, Bernie Sander a plus d’avantages qu’aucun autre candidat. Malgré sa défaite en 2016, il sort perdant avec plus de 13 millions de votes et 230 millions de dollars récoltés. Il arrive donc aujourd’hui en course avec un nom reconnu. Il devra désormais se faire sa place parmi les nombreux candidats démocrates, dont de solides alliés tels que la sénatrice Elizabeth Warren. Il est également probable qu’il bénéficie du soutien de ses alliés concernant une réforme du processus de vote des « super délégués » du parti Démocrate. Ceci a été une grande source de controverse lors de sa défaite en 2016 face à Hillary Clinton.

Bernie Sanders semble déjà faire campagne contre Donald Trump au vue de ses dernières intervention. Afin de rallier de nouveaux soutiens, il se définit comme un homme du peuple, contrairement à Donald Trump. Dans un discours à Brooklyn, il oppose son origine sociale à celle de Donald Trump. Il semble se présenter comme un candidat plus sérieux qu’en 2016, avec cette capacité à rassembler.

Il se différencie aujourd’hui d’Hillary Clinton. Il a récemment refusé ses conseils afin, s’en doute, de s’en démarquer, malgré la crainte des Démocrates qu’un homme blanc de 77 ans ne soit pas le candidat qu’il leur faut. Les récents échecs politique de Donald Trump quant à la construction du mur lui sont également favorables. Cependant, cette position de favori peut basculer si Joe Biden décide de se présenter.

Vous aimerez aussi