Il faut sauver les soldats « médecins du travail » en France

Médecin du travail, indigne métier pour les uns et passionnante mission pour les autres. Le journaliste Denis De Montgolfier a réalisé un film sur les coulisses des médecins du travail. En France, ils sont seulement 4900 médecins du travail face à 18 millions de salariés. Ces chevaliers blancs de la prévention au travail vivent souvent mal leur métier. Ils se sentent déconsidérés, peu valorisés et subissent une infernale tyrannie des entreprises.

La discipline est en perdition. Le navire santé au travail coule depuis plus de 20 ans et personne ne redresse la barre. En mai 2010, lors du 31ème congrès de médecine et santé du travail à Toulouse, le sentiment dominant était la fin d’un système. Pendant la même année un rapport du Conseil économique et social (CES) tirait une nouvelle fois le signal d’alarme.  « La médecine du travail est en danger. D’ici cinq ans, si rien n’est fait pour anticiper les départs à la retraite, ce dispositif unique au monde pourrait s’éteindre. »

Aujourd’hui, 8 ans après, le nombre des médecins a diminué. Le torpillage de cette profession est constant. Les rapports se suivent, les projets de réformes se déclenchent régulièrement dans un ballet parfaitement immobile qui ne produit que du déclin.

« Mon métier c’est de la communication et du vent »

L’affaire Weinstein et son lot de dénonciations en cascade, d’agressions ou harcèlements sexuels depuis plusieurs mois libère une autre soupape. Les médecins du travail font face sur le terrain à ce qu’ils qualifient d’épidémie. Les explosions de risques psychosociaux prennent maintenant la place des troubles musculo-squelettiques sur l’échelle de la souffrance au travail. Le découragement est profond : « Mon métier c’est de la communication et du vent » soupire un médecin du travail exerçant à Lyon avec une bonne dose de détachement. Ses collègues pointent du doigt une routine qui asphyxie la pratique : « On est des gamins, on n’ose rien » dit un autre.

Car dans nombre de situations c’est le chef d’entreprise qui lui ouvre les portes mais surtout qui décide des suites à donner aux recommandations du médecin. Sa posture face à un patron est ambiguë. Le dominant impose une loi au spécialiste de la santé qui, très souvent, le tient pour quantité négligeable ou, au mieux, pour un empêcheur de faire tourner son business en rond.

Et si on se projette en 2028, qu’est ce qui aura changé en 10 ans dans cette profession ?

Un film réalisé par Denis De Montgolfier dans les « 4 L » -Lyon, Lille, Lens, Lausanne- présente cette profession sous un jour optimiste et met en lumière les vertus de la pratique des médecins du travail. 

Lien du documentaire :

Vous aimerez aussi