« Féminisme pour les 99% » : le manifeste féministe inclusif

Le manifeste « Féminisme pour les 99% » est paru le 8 mars 2018. Traduit dans plus de onze langues, cet ouvrage met en lumière les inégalités souvent encore liées à la situation sociale d’une femme. Selon les auteures le féminisme devrait aussi dénoncer les problématiques sociétales contemporaines.

Les auteures

Cinzia Arruzza est professeure de philosophie à la New School for Social Research de New York. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages dont Dangerous Liaisons: The Marriages and Divorces of Marxism and Feminism (2010) et de A Wolf in the City: Tyranny and the Tyrant in Plato’s Republic (2018).

 

 

 

Tithi Bhattacharya est professeure et directrice du programme Global Studies à l’Université Purdue (Indiana). Elle est l’auteure de The Sentinels of Culture: Class, Education, and the Colonial Intellectual in Bengal (2005) et a dirigé l’ouvrage Social Reproduction Theory: Remapping Class, Recentering Oppression (2017).

 

 

 

 

Enfin, Nancy Fraser est professeure de philosophie et de politique à la New School for Social Research (New York). Elle est notamment l’auteure de Le Féminisme en mouvements (La Découverte, 2012) et de Scales of Justice: Reimagining Political Space in a Globalizing World (2009).

 

 

 

 

Ces intellectuelles américaines ont participé à la Grève internationale des femmes, lancée en 2017 à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Voir aussi | Pays de transit, pays de trafic : en Bulgarie, Animus combat l’exploitation des femmes

La Grève internationale des femmes

Le 7 mars 2017, les femmes autour du globe ont manifesté dans la rue. Les revendications étaient diverses et concernaient la liberté de disposer de son corps, l’égalité des sexes au travail ou encore le droit à l’avortement. Autant de problématiques que de formes de manifestation. Certaines ont choisi d’arrêter de travailler plus tôt ce jour là pour marquer la différence de salaire pendant que d’autres revendiquaient le droit à l’IVG. Ces manifestations ont été un phénomène planétaire. D’après les trois auteures du Féminisme pour les 99%,  elles ont prouvé la force des femmes dans leur unité.

Qui sont les 99%?

Nancy Fraser, Tithi Bhattacharya et Cinzia Arruzza accusent le sexisme et les inégalités sociales de notre époque. D’après elles, le mode de vie que la société contemporaine impose discrimine la plupart des femmes. Par exemple, dans le milieu professionnel, ces dernières doivent se montrer déterminée et forte. Or, cet idéal n’est pas atteignable par toutes. La grande majorité, les 99%, peinent à seulement obtenir un emploi ou un logement décent. Évidemment, cela ne correspond pas à une statistique exacte mais c’est une manière de sensibiliser le public à ces inégalités encore trop banalisées.

Le manifeste traite du racisme, de l’homophobie ou encore de l’écologie à travers onze thèses. Selon les auteures, le féminisme de ces dernières années est trop centré sur l’inégalité des genres et ne prends pas en compte les inégalités entre les femmes elles-mêmes. Les problématiques sociales, politiques et économiques sont au centre du débat et influencent directement le statut des femmes dans la société. Les discriminations prennent différentes formes et ampleurs suivant les situations de chacune. Le but du manifeste n’est pas de hiérarchiser la gravité des inégalités mais de démontrer l’intersectionalité de ces dernières.

Féminisme: un terme redéfini sans cesse

Ce mot porte de nombreux sens et interprétations suivant les époques et les courants de pensée. Aujourd’hui de nombreuses personnalités, comme ces trois auteures américaines, essaient de le redéfinir et de montrer que le féminisme se réfère en fait à de nombreuses problématiques sociétales. Depuis plusieurs années il se veut inclusif, en considérant tous les sexes, genres et classes sociales. Cela reste un terme dont chacun possède sa définition et son sens est encore débattu.

Voir aussi | Discours d’Emma Watson à l’ONU : He for She

Vous aimerez aussi