Photo d'illustration. Crédit SBA73 (Flickr).

La Catalogne du nord s’éveille

TRADUIT PAR PERRINE BESSAC

En septembre dernier, des milliers de personnes ont manifesté à Perpignan pour dire « oui » au pays catalan. Les catalans du sud de la France pensent s’organiser et se faire entendre.

Catalunya Nord. Joan Becat - Terra Nostra.

Catalunya Nord. Joan Becat – Terra Nostra.

En septembre dernier, à Perpignan, dans le département des Pyrénées Orientales, a eu lieu une manifestations des plus importantes qu’ait connu la ville. Entre 7 000 et 10 000 personnes ont manifesté pacifiquement et joyeusement dans les rues de la capitale nord-catalane. Familles, associations, maires ainsi que l’équipe locale de rugby, l’USAP, ont marché pour dire « Oui au Pays catalan ».

Une manifestation historique

L’étincelle qui a mis le feu aux poudres est la réforme territoriale du gouvernement. Cette réorganisation radicale de la carte de France avait fait passer le nombre de régions de 22 à 13. L’une des plus affectées par ce changement est l’ancienne région Languedoc-Roussillon. En fusionnant avec la région Midi-Pyrénées, elle portera désormais le nom d’Occitanie.

Ce nom, en vigueur depuis le 1er octobre, n’est pas représentatif du territoire, selon les organisateurs à l’origine du mouvement Oui au Pays catalan. Il ne ferait référence qu’à l’Occitanie, nation historique qui occupe un tiers du territoire du sud de la France, mais ne porte pas la culture catalane. Le choix de la dénomination Occitanie serait allé à l’encontre de la population et des élus locaux, qui défendaient pour leur part le nom Occitanie – Pays catalan.

Le Pays catalan

Le Pays catalan, aussi connu sous le nom de Catalogne du Nord, est un territoire qui se situe à l’extrême sud-est de la France et coïncide presque exactement avec le département des Pyrénées Orientales, créé en 1790.

La Catalogne du Nord, dont la capitale est Perpignan (« Perpinyà » en catalan), compte plus de 450 000 habitants. Elle se compose de cinq régions traditionnelles : la Cerdagne, le Conflent, le Vallespir, le Capcir et le Roussillon. Au Moyen Âge, elles furent l’épicentre de la Principauté de Catalogne. Mais en 1659, le Traité des Pyrénées convint de leur cession à la France.

Ce coin de France, au paysage partagé entre Méditerranée et Pyrénées, possède une identité forte et une langue commune avec la Catalogne dite « du Sud ». Dans la culture de la Catalogne du Nord, le catalan reste très minoritaire. Des efforts sont pourtant réalisés par quelques administrations et associations, comme les écoles Bressola.

La volonté d’exister

On pourrait penser que la raison de cette grande manifestation est seulement une histoire de dénominations, mais cela va beaucoup plus loin. Comme l’a souligné le New York Times, derrière le combat pour le nom de « Pays catalan » se cache le désir de faire reconnaître une identité différente en Catalogne du Nord. Le but pour les nord-catalans : être entendus par un gouvernement parisien souvent perçu comme lointain et centraliste.

La manifestation s’est terminée par une série de discours. Ceux-ci réclamaient le nom d’Occitanie-Pays catalan. Ils revendiquaient également un statut pour la Catalogne du Nord tel que ceux dont disposent la Martinique ou la Corse.

La manifestation du 10 septembre a été l’expression d’un mouvement régionaliste qui se développe depuis longtemps. Beaucoup de villes de la région sont concernées, notamment Perpignan, parfois surnommée « la catalane ».

Le futur

La manifestation de Perpignan a marqué un tournant dans le mouvement catalaniste sur le territoire. Les responsables de la page Oui au Pays catalan, à l’origine de toute la campagne et de la manifestation ont décidé d’en faire un mouvement politique. Leur objectif est d’organiser la défense de la culture catalane en se présentant à toutes les élections. Ils cherchent ainsi à « récupérer » l’identité et la langue de leur région.

Récemment, lors d’un concert à Perpignan, le chanteur Hugues di Francesco a brandi face à son public un drapeau catalan en disant : « nous avons notre identité et notre culture, ne les laissons pas nous effacer de la carte ». La Catalogne du Nord semble s’éveiller.

Vous aimerez aussi