Fridays for Future, l’espoir de demain

Les 18 et 25 septembre 2020, le mouvement Fridays for Future a fait son grand retour après être resté de nombreux mois inactif à cause de la crise du Covid-19. Les jeunes activistes réclament toujours la même chose : que les Etats et les dirigeants se préoccupent de la crise climatique. En effet, ils déplorent l’inaction politique des chefs d’Etats et des institutions gouvernementales.

Les motivations de ce mouvement écologique

Le mouvement Fridays for Future débute en août 2018. Il s’agit d’une idée de Greta Thunberg, jeune activiste suédoise connue pour ses prises de positions radicales sur l’écologie. Elle a d’ailleurs déposé le nom du mouvement, afin que personne ne le réutilise à des fins personnelles.

View this post on Instagram

Impostors, trademarks, commercial interests, royalties and foundation… First: Unfortunately there are still people who are trying to impersonate me or falsely claim that they "represent" me in order to communicate with high profile people, politicians, media, artists etc. Please be aware that this is happening and be extremely suspicious if you are contacted by ”me” or someone saying they ”represent” me. I apologize to anyone who has been contacted – and even misled – by this kind of behavior. Second: My name and the #FridaysForFuture movement are constantly being used for commercial purposes without any consent whatsoever. It happens for instance in marketing, selling of products and people collecting money in my and the movement’s name. That is why I’ve applied to register my name, Fridays For Future, Skolstrejk för klimatet etc as trademarks. This action is to protect the movement and its activities. It is also needed to enable my pro bono legal help to take necessary action against people or corporations etc who are trying to use me and the movement in purposes not in line with what the movement stands for. I assure you, I and the other school strikers have absolutely no interests in trademarks. But unfortunately it needs to be done. Fridays For Future is a global movement founded by me. It belongs to anyone taking part in it, above all the young people. It can – and must – not be used for individual or commercial purposes. And third: together with my family I’m setting up a foundation. It’s already registered and existing, but it not is not yet up and running. This is strictly nonprofit of course and there are no interests in philanthropy. It is just something that is needed for handling money (book royalties, donations, prize money etc) in a completely transparent way. For instance, taxes have to be paid before we can give them away to specified purposes and charities. This takes a lot of time and work, and when the foundation is fully up and running I will tell you more. The foundation’s aim will be to promote ecological, climatic and social sustainability as well as mental health. Love/ Greta

A post shared by Greta Thunberg (@gretathunberg) on

C’est un mouvement particulièrement jeune qui a amené la création de plusieurs autres mouvements partout à travers le globe. Par exemple, Jovenes por el clima est la version argentine créée par Nicole Becker, Youth for Climate est la version belge menée par Anuna de Wever, et Klimastreik est la version allemande fondée par Luisa Neubauer. Ces jeunes, qui sont le plus souvent collégiens, lycéens ou universitaires, appellent à des réformes.

Ils souhaitent lutter contre le réchauffement climatique et ses conséquences, comme la fonte des glaciers ou les phénomènes météorologiques extrêmes. De plus, les jeunes activistes demandent une action des chefs d’Etats. Ils visent principalement les Etats-Unis, la Chine et l’Union Européenne. Selon les jeunes activistes, ils ne luttent pas contre le phénomène de pollution. Les entreprises sont aussi critiquées. Effectivement, en janvier 2020, des activistes ont milité contre Siemens, pour son implication dans un projet de mine de charbon en Australie.

Dans chaque pays, les activistes militent pour les problèmes locaux. Par exemple, les récents incendies en Californie ont poussé les étudiants écologistes américains à manifester pour le climat. Ils s’estiment doivent agir afin que la Terre ne souffre pas des effets néfastes futurs du réchauffement climatique. C’est pourquoi ils se mobilisent pour ne pas laisser les dirigeants « ruiner » la planète.

Les actions menées par Fridays for Future

Les protestataires organisent des grèves scolaires afin de militer en faveur de la protection de l’environnement, d’où le nom « Fridays for future », qui signifie « Vendredis pour le futur ». Les jeunes préfèrent remplacer les cours du vendredi par ces marches, qui ont pour but de sensibiliser sur le climat. Durant l’été 2019, ils ont organisé des rencontres, leur permettant de discuter sur les actions à mener.

Certains militants adoptent aussi des actions plus radicales. En février 2020, des militants de la version française de Youth for Climate ont essayé de pénétrer dans la Société Générale, puis ont ciblé les locaux français de BlackRock, une multinationale américaine. En effet, depuis quelques temps, cette société est critiquée pour son financement des énergies fossiles. Les manifestants ont occupé le siège et ont ensuite dégradé les locaux.

Durant la crise sanitaire, le mouvement n’a pas pu être actif suite aux différentes mesures mises en place pour éradiquer la Covid-19. Mais dès juillet 2020, Luisa Neubauer annonce la reprise du mouvement suite à l’inaction des gouvernements. Effectivement, la pandémie ne les a pas empêché de se réunir de nouveau le 18 et 25 septembre 2020. Ces protestations ont eu lieu dans de nombreux pays à travers le monde.

De plus, le vendredi 25 septembre 2020, Greta Thunberg a réussi à mobiliser plusieurs jeunes pour manifester devant le parlement suédois à Stockholm. Sur sa pancarte, il était marqué « Skolstrejk för klimatet », qui signifie « grève scolaire pour le climat » en suédois.

Les résultats du combat

En décembre 2018, Greta Thunberg présente son projet lors d’un Ted Talk. Elle mobilise aussi les dirigeants face à l’urgence climatique à la Cop24 en Pologne. Puis, suite aux diverses actions menées dans de nombreux pays, Greta Thunberg a pu aller à la rencontre de plusieurs dirigeants européens.

En septembre 2019, Greta Thunberg s’est présentée à l’ ONU, où elle s’est révoltée face à l’inaction des gouvernements sur le climat. Elle leur a aussi clairement expliqué ce qu’ils devraient faire pour améliorer les choses. Elle a notamment déclaré : « Je ne devrais pas être là, je devrais être à l’école, de l’autre côté de l’océan. (…) Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Les gens souffrent, les gens meurent. [..]  Comment osez-vous regarder ailleurs et venir ici en prétendant que vous en faites assez ?».

En outre, elle a aussi porté plainte pour « inaction climatique », avec quinze autres jeunes. Ils estiment que le manque d’action face à la pollution est une “atteinte à la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant”.

Au mois d’août 2020, Greta Thunberg, Luisa Neubauer, Anuna de Wever et Adélaïde Charlier se sont entretenues avec Angela Merkel, la chancelière allemande. Lors de cette rencontre, Angela Merkel a déclaré avoir a bien pris en compte le problème mais qu’elle doit aussi « tenir compte de la complexité de la situation ». Néanmoins, elle a tout de même avancé le fait qu’elle allait, durant sa présidence, s’assurer de la protection du climat.

En résumé

Les jeunes activistes du mouvement Fridays for Future sont la génération du demain. A travers ce mouvement récompensé, ils souhaitent faire bouger les choses et réveiller les dirigeants. Mais, malgré le fait que des personnalités comme Greta Thunberg soient entendues et reçues, les changements sont faibles.

A l’occasion de l’Accord de Paris, les Etats doivent publier leurs plans sur le climat d’ici la fin de l’année 2020. Mais, seulement treize pays ont présenté leurs programmes. Néanmoins, Boris Johnson, le premier ministre britannique a déclaré qu’il comptait organiser un sommet sur le climat avec l’ONU et plusieurs chefs d’Etats au mois de décembre.

Il reste à savoir si le changement que les jeunes activistes désirent se manifestera dans le futur.

 

 

Source Photo : Omer Messinger/Getty Images

Vous aimerez aussi