Iran : les femmes en première ligne de la résistance

Une conférence internationale se tenait samedi dernier à Paris sur le rôle des femmes dans le mouvement pour le changement démocratique en Iran et les manifestations qui ont embrasées le pays le mois dernier.

Plusieurs dizaines de manifestants tués par les forces répressives, des milliers d’arrestations arbitraires, une douzaine de personnes mortes sous la torture en prison, constituent un premier bilan alarmant des droits humains dans le pays, mais également de l’ampleur du mouvement qui s’est engagé et qui continu avec des manifestations régulières en Iran.

Organisée par la Commission des femmes du Conseil nationale de la Résistance iranienne (CNRI), le thème de l’évènement était intitulé : « Les Femmes, la forces du changement : soulèvement en Iran et le rôle des femmes ». Alors que sera bientôt célébré la Journée internationale des femmes, des défenseurs des droits des femmes de 23 pays des cinq continents ont rendu hommage aux combats des Iraniennes pour la liberté et l’émancipation et ont appelé à la solidarité internationale.

« À bas le dictateur ! »

Rama Yade, ex-secrétaire d’État chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme, qui participait à l’événement, a déclaré dans son intervention que « Le monde se souviendra que loin d’être un feu de paille, cette révolution est profonde. Le monde se souviendra qu’elle fut dirigée par des femmes, par des épouses, par des mères, par des sœurs. Le monde se souviendra que connues ou inconnues, elles auront été le fer de lance, l’inspiration, le guide, le moteur du réveil iranien. Le monde se souviendra que leur héroïsme sacrifié ne sera pas vain. »

Les femmes étaient nombreuses pour soutenir les Iraniennes. Crédit photo Omid Khadir

L’Iran a aujourd’hui le visage de cette femme, nouvelle statue de la liberté embrumée par les gaz lacrymogènes qui se dressent devant les gardes révolutionnaires en criant « A bas le dictateur ».

Du travail et des droits civiques

Pour sa part, Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle colombienne, a déclaré qu’ « alors que dans le monde nous voyons que les femmes se sont remuées, qu’elles ont pris la parole, qu’elles ont osé dénoncer les harcèlements dont elles ont été victimes, qu’il y a eu ce grand mouvement du #MeToo partout sur la planète, j’entends certains qui ne comprennent pas la participation de la femme iranienne dans la révolte des derniers mois. Ils ne veulent pas comprendre que ces femmes, en fait c’est une lame de fond et qu’elles sont en train de faire trembler la dictature iranienne. Elles la font trembler parce que quand elles se dévoilent, elles sont en train d’exiger du travail pour les jeunes, mais aussi les droits civiques basiques, les droits humains, l’abolition de la peine de mort, le non à l’arme nucléaire et le non au voile obligatoire. »

Les femmes Iraniennes sont des actrices majeures pour la liberté

Aude de Thuin, présidente de l’initiative Women in Africa, a de son côté déploré que « la presse se contente de dire que les femmes osent enlever leur voile, sans parler de leur rôle réel et de leur participation au soulèvement. Comme si pour la presse occidentale, le fait d’enlever son voile est le seul droit qu’elles réclament. Quel manque de curiosité de la part des journalistes qui ne vont pas les interviewer, les interroger sur ce qu’elles veulent pour leur pays. Les femmes sont un élément indispensable du mouvement pour un changement profond qui concerne à la fois leur vie et leur pays. Elles jouent un rôle majeur au péril de tout. Il est temps que le monde sache que les femmes iraniennes sont des actrices majeures pour la liberté. Il faut les soutenir. »

Maryam Radjavi, la présidente-élue du CNRI, a quant à elle estimé que « les femmes iraniennes ne se sont pas levées pour réclamer uniquement leur propre liberté ; elles se sont levées pour libérer tout un peuple. Comme en témoigne l’expérience de ces 39 dernières années, il est impossible de satisfaire les demandes les plus élémentaires des femmes dans le cadre de ce régime : de l’abolition du voile obligatoire à l’élimination de toutes les formes de discrimination et d’inégalité. »

Vous aimerez aussi