Iran : le 1er arrondissement de Paris annonce un jumelage symbolique avec Achraf-3

Zohreh Akhiani et Jean-François Legaret annoncent le jumelage d’Achraf-3 et la ville du 1er arrondissement de Paris

« Nous avons décidé de considérer la cité d’Achraf comme une cité de dialogue internationale », a déclaré Jean-François Legaret, le maire du 1er arrondissement de Paris à Achraf-3, la nouvelle maison de la Résistance iranienne en Albanie.

Il s’était rendu dans le pays de mère Theresa pour soutenir la cause des opposants iraniens qui ont élu domicile aux abords de l’Adriatique après avoir subie les pires exactions par le régime iranien. Ils ont été transférés en Albanie en 2016 avec la collaboration du Haut-commissariat des Nations-unis pour les réfugiés, où ils ont bâti avec leurs propres moyens, une nouvelle cité sur le modèle d’« Achraf », leur précédente demeure en Irak.

L’événement a démarré jeudi dernier avec une exposition inédite intitulée « 120 ans de luttes pour la démocratie et la souveraineté populaire en Iran ».

Jean-François Legaret a profité de l’occasion de sa visite pour présenter, au nom de la mairie du 1er arrondissement de Paris, un serment de jumelage avec Achraf-3. Aux côtés de Maryam Radjavi, la figure de proue de l’opposition iranienne, le document comportant le « serment de jumelage » a été rendu public samedi devant une l’audience composée des amis des Moudjahidine du Peuple, ces farouches opposants au régime des mollahs.

 

Un document symbolique et historique

En demandant à sa collègue Zohreh Akhiani, maire d’Achraf-3, de le rejoindre sur scène, l’élu français a déclaré:

« par ce serment de jumelage, en ce jour, nous affirmons solennellement que la résistance à l’oppression et à toutes les menaces contre ses valeurs est un droit imprescriptible et non négociable. Nous proclamons la reconnaissance absolue des droits à la citoyenneté, à l’éducation, à la santé, au libre exercice des convictions politiques et religieuses, à la défense de tous les justiciables, à la protection des droits de l’homme et de la femme. Et en ce jour, nous prenons l’engagement solennel et symbolique dans le respect des relations garanties par la charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme de maintenir des liens permanents entre nos deux municipalités afin de dialoguer, d’échanger et de mettre en œuvre toute action conjointe et de nature à enrichir toute initiative. »

Achraf-3, une cité de dialogue internationale

Accompagné de plusieurs personnalités françaises dans son déplacement en Albanie, dont  Michèle Alliot-Marie, Rama Yade, Bernard Khouchner, les députés Michèle de Vaucouleurs et Hervé Saulignac, Ingrid Betancourt et plusieurs maires de France, le maire de Paris a proposé de reconnaitre Achraf-3 comme une “cité de dialogue internationale“.

« Nous sommes tous des citoyens d’Achraf, parce que nous partageons votre soif de liberté et de démocratie», a déclaré l’élu. Il est urgent de faire triompher la démocratie. Il est urgent d’arracher des mains des Iraniens la fabrication de cette bombe que l’Iran poursuit en utilisant la provocation, le mensonge et la tricherie. Il est urgent de faire en sorte qu’on puisse installer à Téhéran avec vous la démocratie et la paix.»

 

Le leadership des femmes dans la Résistance iranienne 

Le séjour chez les Iraniens s’est étalé sur cinq jours et les participants ont pu participer à plusieurs conférences, concerts et expositions sur le combat du peuple iranien pour la liberté.

L’évènement voulait affirmer qu’en Iran il y une alternative viable au régime théocratique et que le monde n’est pas obligé de choisir entre la complaisance avec la dictature religieuse ou une autre guerre destructrice dans la région. Soulignant que le changement ne peut venir que de l’intérieur, les participants venus des quatre coins du globe, ont souligné la nécessité de soutenir le combat du peuple iranien pour le changement de régime vers la démocratie.

« Le leadership des femmes dans la Résistance iranienne », était le thème d’une conférence qui s’est tenue le lundi 15 juillet, mettant en évidence le rôle déterminant et d’avant-garde des Iraniennes dans le mouvement pour le changement en Iran.

 « Quand vous serez à Téhéran, et cela arrivera bientôt, vous aurez un défi énorme à relever », a déclaré Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidence colombienne et ex-otage, dans son intervention.  Vous êtes la seule véritable organisation où les femmes sont à la direction. Vous serez confrontés au fait que prendre le pouvoir dans un pays comme l’Iran, qui compte 80 millions d’habitants, un grand pays du Moyen-Orient, n’est pas un mince défi. L’impact que vous aurez, parce que vous avez une femme en tant que chef de file, parce que c’est dans un pays qui a été gouverné par un régime misogyne, l’impact sera comme une bombe atomique. C’est une responsabilité très sérieuse ».

 

 

Vous aimerez aussi