Japon: Économie en détresse

Au Japon, un conseil de ministres s’est réuni le mercredi 27 mai pour approuver un plan de développement de l’économie nationale. À la recherche de ressources, la bourse japonaise essaye de se relever après le choc de la crise sanitaire.

Face au choc de l’épidémie, le gouvernement nippon cherche à développer l’économie nationale. Le 7 avril, un état d’urgence a été décrété, ainsi qu’un plan massif pour sauver l’économie, soit environ 1.007 milliards d’euros. Après un mois et demi difficile, l’état d’urgence a été levé le 25 mai dans tout le Japon. “Tandis que l’état d’urgence va être levé, il est important d’accroître l’activité économique par phases alors que nous établissons une nouvelle façon de vivre” indique le ministre de l’économie, Yasutoshi Nishimura. Il demande un second budget. Celui-ci aiderait à l’exercice fiscal débuté en avril.

Environ 852 milliards d’euros sont demandés. Cette somme est en faveur de la reprise et du maintien de l’emploi. Grâce à ce plan, des milliers de japonais n’auront plus à s’inquiéter de perdre leur emploi. Selon le centre japonais de recherche, le NLI Research Institute, sans ces aides le taux de chômage augmenterait d’un 1,6% fin 2020, soit de 1,52 millions de personnes supplémentaires. Un risque que le gouvernement essaye d’empêcher par tous les moyens. Un versement de 900 USD par foyer sans conditions de ressources est aussi prévu.

Priorisation de l’économie avant la santé?

Le gouvernement japonais reconnaît l’importance de l’économie nationale. Il s’agit d’une des plus grandes puissances mondiales. Il n’y a aucune négligence publique à ce jour sur la santé de ses résidents. Une fois l’état d’urgence imposé, le confinement de la population ne peut pas être obligatoire comme dans d’autres pays plus touchés par le Covid-19. Le confinement se base sur la volonté des citoyens. Ceux-ci ont respecté les conseils des experts et ont fermé les rideaux de leurs commerces. La Japon a actuellement 16 759 cas de Covid-19 et 882 décès selon les chiffres rendus publics. Ces chiffres sont bas par rapport aux pays voisins plus touchés par le virus.

Ces chiffres peuvent s’expliquer par les coutumes des résidents, comme l’habitude du port de masque, la salutation à distance ou le faible taux d’obésité. Des experts contestent ces chiffres en avançant la pratique limitée de tests. Ceux-ci sont en effet réservés pour les personnes avec des symptômes aigus.

En regardant les chiffres publiés, le taux d’infection est en baisse. Une reprise de l’activité est donc possible selon des experts de la santé que le ministre de l’économie a consulté. Un retour à la normalité qui été tant attendu par les citoyens est possible. Cependant, il ne leur reste plus qu’à attendre ces aides qui pourront rehausser l’économie et aider le pays.

Il y a seulement quelques semaines, le 16 juin, la Banque du Japon (BoJ) a révélé ses objectifs économiques, première fois depuis 2018, ainsi que la confirmation d’une prochaine stabilité. Selon eux, l’économie japonaise devrait s’en remettre une fois la pandémie finie pour de bon, si les statistiques continuent vers cette voie. “La tendance de l’économie est encore plutôt en baisse, mais elle a arrêtée de se détériorer.” affirme un responsable du bureau du Cabinet. Ses objectifs de contrôle de la courbe des taux à -0,1% pour les taux d’intérêt à court terme et à 0% pour les taux à long terme. L’économie japonaise serait donc en bonne voie pour se “récupérer” de cette crise économique dû au coronavirus.

Vous aimerez aussi