La culture québécoise, compromise par l’immigration ?

Le Canada est connu pour être un pays très ouvert, puisqu’il accueille des milliers d’immigrants chaque année. Or, le gouvernement de François Legault, Premier ministre du Québec, souhaite réduire leur nombre de 20%, car ceux-ci ne s’intégreraient pas assez à la culture du pays. Décryptage.

L’identité québécoise : complexe car issue de plusieurs racines.

Le Québec est une province canadienne située en Amérique du Nord, façade atlantique, entre la province de l’Ontario et celle de Terre-Neuve-et-Labrador. La langue principale est le français, apportée par les colons au 17ème siècle et parlée par 79% de la population. La langue française régit la vie au Québec, elle est un élément central de la culture, qui s’exprime à travers elle.

Cette même culture est fortement influencée par les événements qui ont marqué l’histoire de ce peuple. Ainsi, l’héritage religieux comme l’apport des cultures françaises, britanniques et américaines expliquent notamment les manières d’agir ou de penser des québécois.

« Essentiellement, les Québécois sont des Français modestes, des Anglais enjoués et des Américains pacifiques » – Jean Marc-Léger, écrivain et journaliste québecois

Selon le Code Québec, ouvrage qui dresse un portrait sociologique des grandes caractéristiques qui définissent le peuple québécois, 71% des comportements des québécois sont similaires à ceux de tout autre canadien, mais ce sont les 29% restants qui font que la société québécoise est unique. De façon générale, celle-ci se considère égalitaire et recherchant davantage le plaisir que l’argent. Les Québécois estiment être créatifs dans le sens ou l’isolement géographique et culturel les a obligés à « créer » leur propre culture, ce dont ils sont particulièrement fiers.

Ainsi, comme partout dans le monde, il est difficile de s’intégrer pleinement dans une nouvelle culture, mais celle du Québec est particulièrement complexe. De plus, il y a longtemps eu des projets de souveraineté du Québec, qui persistent encore dans les mentalités et poussent les populations à craindre l’immigration par peur que leur culture soit mise en péril. La question du nombre d’immigrants que l’on doit admettre refait donc constamment surface au Québec. Elle est devenue un enjeu de démographie et d’acceptabilité sociale.

Les questions liées à l’immigration

En matière d’immigration, les gouvernements du Québec et du Canada se partagent les responsabilités. Le Québec doit, par exemple, assurer les services relatifs à l’accueil et l’intégration linguistique et socio-économique des nouveaux résidents. Les immigrants constituent environ 13% de la population totale du Québec. C’est une population jeune et mixte, avec plus de 70% des personnes âgées de moins de 35 ans. Trois pays d’origine se démarquent pour ces nouveaux habitants : 10,4 % des immigrés proviennent de la Syrie, 8,7% de la France et 8,6% de la Chine.

Le fait que beaucoup d’immigrés ne soient pas francisés contribue à la dégradation de leur réputation auprès des populations natives. Sur la période de 2005 à 2014, le Québec compte un peu plus de 367 000 immigrés. Parmi eux, 63% connaissent le français et 28% le parlent couramment.  Ainsi, Montréal est devenue une métropole multiculturelle et bilingue, car plus de 80% des immigrants s’installent dans la région pour trouver du travail plus facilement. Ceux-ci retrouvent les communautés de leur pays d’origine et apprendre la langue française n’est plus réellement nécessaire à leur mode de vie.

Crédit : Léa-Isabelle Renaud.

Par ailleurs, sur les immigrants admis au Québec de 2005 à 2014, seulement 75% ont été déclarés présents en 2016. Ainsi, un quart des immigrants ne considère pas le Québec comme sa destination finale et ne prend donc pas le temps de s’intégrer pleinement.

Entretien avec Lucas, étudiant international au Québec

Lucas, 21 ans, est né et a vécu en Martinique jusqu’à sa majorité. Depuis 3 ans, il étudie les arts plastiques à Trois-Rivières, au Québec :

« J’ai choisi de venir étudier au Canada à cause de mon secteur d’études. Il est très difficile d’intégrer une école d’art en France, et le Québec est assez avancé dans le domaine. J’avais déjà l’idée d’aller au Canada, mais je ne savais pas dans quelle université ni dans quelle province. Que la langue soit le français ou l’anglais, ça m’était égal. »

Conseillé par une amie, il choisit l’Université de Trois Rivières (UQTR) et en est très satisfait : « Je me plais vraiment dans ce que je fais, j’ai déjà eu plusieurs jobs ici, ma carrière artistique prend un peu d’élan. C’est un pays très ouvert au niveau culturel. »

Pour l’instant, Lucas n’a qu’un Certificat d’Acceptation du Québec (CAQ) et un permis d’études canadien : « Une fois mes études terminées je vais demander un permis de travail. Je compte rester au Canada au moins pour les dix prochaines années : peut-être pas au Québec, j’aimerais bien découvrir autre chose comme Toronto ou Vancouver. »

Bien qu’ici depuis trois ans, Lucas a encore du mal à s’intégrer à la société québécoise : « S’intégrer ici, c’est vraiment difficile. Je connais des québécois, je sors avec eux parfois, mais je reste davantage avec mes amis de Martinique. Je ne me sens pas québécois, ni canadien d’ailleurs, je suis juste moi. »

Des conditions d’intégration linguistiques et sociales à améliorer

Pour sauvegarder cette culture québécoise, il est nécessaire d’améliorer les conditions d’intégration des immigrants afin qu’ils apprennent la langue et les modes de vie et de pensée des québécois.

Cependant, l’histoire du Québec a évolué au fil des différents apports migratoires, et l’immigration est aujourd’hui inscrite dans la culture de la province. Le peuple québécois est donc destiné à évoluer avec les peuples immigrants, pour former peut-être un jour une culture commune.


Pour aller plus loin :

Autour du même sujet

Migrations : l’internationalisme entre inévitable et impossible

Documents officiels du gouvernement québécois et canadien

http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/Pub_Immigration_et_demo_2015.pdf

http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/PUB_Portraits_regionaux2005-2014.pdf

http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/recherches-statistiques/PUB_Presence2016_admisQc.pdf

Documentaire sur l’identité québécoise : qui est nous ?

Interview sur l’immigration de 2011

Le Code Québec de Jean-Marc Léger, Jacques Nantel, Pierre Duhamel, 2016

Vous aimerez aussi