Le retour en grâce de Bachar al-Assad ?

Malgré les huit années de guerres, le maintien d’une poche djihadiste dans la région d’Idlib et le durcissement des sanctions occidentales, le régime de Bachar al-Assad semble renaître de ses cendres. De plus en plus fréquentable aux yeux de ses voisins arabes, Damas sort peu à peu de son inertie diplomatique.

Omar el-Béchir en visite à Damas où il a rencontré Bachar al-Assad, le 16 décembre 2018. (Crédit : AFPTV)

I Une longue mise à l’écart

Dès novembre 2011, sous la pression des États-Unis et de l’Union européenne, la Syrie avait été suspendue de la Ligue arabe. En parallèle, la majeure partie des voisins arabes avait fermé leurs ambassades en raison de leur soutien officiel à la rébellion syrienne. Le Qatar et l’Arabie Saoudite étaient les principaux bailleurs des différentes mouvances djihadistes en Syrie. Seul le Liban avait maintenu ses frontières ouvertes avec la Syrie, nonobstant l’afflux massif de réfugiés dès 2012. L’Irak, embourbée dans la lutte contre l’État islamique, avait tant bien que mal conservé des relations avec son voisin baathiste.

Depuis la libération d’Alep en novembre 2016, des pourparlers au sein des chancelleries arabes avaient laissé sous-entendre un possible dégel des relations avec Damas. Après la reprise de la quasi-totalité du pays, les régimes du Golfe savaient qu’ils avaient perdu le pari du « regime change ».

II- Un renforcement des alliances préexistantes

Pour autant, c’était une victoire à la Pyrrhus pour le pouvoir syrien. Il a, certes, consolidé les alliances d’hier, mais il était englué dans un isolement diplomatique. C’est le Président soudanais, Omar el Béchir, qui brisa cette apathie arabe envers Damas. Ce dernier s’est rendu en Syrie en décembre 2018. Il devait être suivi le mois d’après par le Président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, mais en raison des pressions américaines, la visite a été ajournée. En février dernier, le chef de la sécurité nationale syrienne s’est rendu au Caire. Quant à lui, le Président du parlement était en voyage à Amman en Jordanie pour un congrès panarabe. D’ailleurs, Damas a reçu les chefs d’états-majors iraniens et irakiens pour consolider « l’axe de la résistance » face au terrorisme. La réunion a été suivie de très près par les Israéliens et les Américains.

De surcroît, le récent voyage de Bachar al-Assad à Téhéran a sanctuarisé un peu plus cette alliance protéiforme. Les deux pays ont signé une série de onze accords. L’un d’eux concerne la future gestion du port de Lattaquié au profit de l’Iran. Cet accord vient parachever la réussite de la politique perse au Levant. Le port de Lattaquié est une aubaine pour l’Iran qui doit faire face aux embargos occidentaux. En effet, des marchandises iraniennes pourront être acheminées en mer Méditerranée.

Compte tenu de l’influence grandissante iranienne au Levant, les pays du Golfe s’activent pour renouer des relations avec Damas. La réouverture de la frontière jordanienne en octobre 2018 et les récentes réouvertures des ambassades émiratis et bahreïnis en janvier dernier s’inscrivent dans cette logique. Le Président libanais, Michel Aoun, a proposé de créer un fond d’investissement arabe pour la reconstruction de la Syrie. Il a milité avec l’Irak pour un retour de Damas au sein de la Ligue arabe. En raison des nombreuses tensions qui planent sur le monde arabo-musulman, ces appels sont restés sans suite.

III- Une opposition occidentale qui perdure

L’Occident reste en retrait en dépit des déboires d’une politique jusqu’au boutiste. Non seulement, les États-Unis et l’Europe ont fait le choix d’une politique sunnite au détriment d’une indépendance et d’une neutralité souhaitable. Mais aujourd’hui, le renforcement des sanctions est là pour rappeler que leurs objectifs ne sont pas atteints. Les aides occidentales imparties à la Syrie concernent uniquement les régions non contrôlées par Damas.

Deux blocs bien distincts se sont formés à la suite du conflit syrien. La fracture s’est accentuée. Le monde dominé par Washington et ses différents relais locaux s’oppose à une vision multilatérale. Même la Chine, très discrète jusque là, a réaffirmé son intention de participer à la reconstruction de la Syrie, en s’abstenant d’ingérences politiques. Dernièrement, c’est le chef de la diplomatie vénézuélienne qui s’est rendu à Damas pour conforter cette alliance « anti-impérialiste ».

Quant au voisin turc, il ne nie aucunement ses intentions et ses desseins panturquistes. La lutte contre le YPG dans le Nord de la Syrie n’est qu’un prétexte pour s’ingérer dans les affaires syriennes. Le lent départ des forces américaines du Nord-Est de l’Euphrate laisse les Turcs seuls face aux milices arabo-kurdes. Intrinsèquement divisées, ces milices doivent faire un choix ; soit, elles doivent retourner dans le giron de l’armée gouvernementale syrienne et délaisser leur volonté indépendantiste, soit, elles risquent d’être occupées par l’armée turque. Participant respectivement aux sommets d’Astana en novembre 2018 et de Sochi  en février 2019 pour le règlement politique et militaire en Syrie, la Turquie n’entend pas faire de concession à Damas. Alliés de circonstance, les deux autres protagonistes russes et iraniens ont réaffirmé leur soutien à Bachar al-Assad.

IV- Vers un retour progressif de la diplomatie syrienne au Moyen-orient ?

Forcés d’admettre la victoire militaire du régime syrien, les chancelleries arabes ont débattu le 31 mars dernier à Tunis, lors du 30ème sommet de la Ligue arabe, sur le probable retour de la Syrie comme membre de l’organisation. Le Président tunisien Beji Cadi el Sebsi a déclaré : « les chefs d’États meurent, les nations restent ». Malgré son absence, la Syrie a été au cœur des discussions. L’annonce programmée et non fortuite de Donald Trump sur la souveraineté israélienne du Golan, a ravivé un discours d’appartenance panarabe. La condamnation est catégorique et officiellement non négociable selon les différentes chancelleries.

La conjoncture régionale rappelle tant bien que mal le bien fondé de la Ligue arabe. Initialement, cette organisation devait faire bloc contre toutes formes d’ingérences d’un pays tiers. Les exactions israéliennes en Palestine et les violations territoriales sur l’un des pays membre font l’objet d’un discours en apparence unitaire. En raison de l’annonce hasardeuse de l’administration américaine sur le Golan, Damas pourrait en profiter pour réintégrer l’échiquier arabe. À ce sujet, la presse libanaise a évoqué la possibilité d’une visite présidentielle de Michel Aoun à Damas dans les prochaines semaines.

Aujourd’hui, asphyxiée par les sanctions, l’économie syrienne est littéralement exsangue. Bachar al-Assad, conscient des difficultés internes, tente de sortir son pays de l’autarcie diplomatique et économique avant les prochaines échéances politiques, prévues à la fin de son troisième mandat en 2021.

Vous aimerez aussi