Les célébrations du centenaire de la Lettonie : une fière indépendance [3/4]

De 2017 à 2021, la Lettonie célèbre son centenaire d’indépendance à travers un programme culturel d’une grande richesse. Sur cinq ans, le projet LV100 (Latvia100), piloté par le bureau du centenaire du ministère de la Culture, soutient plus de 800 initiatives et événements en Lettonie et ailleurs dans le monde. L’année 2018 est particulièrement importante car elle marque le centième anniversaire de la déclaration d’indépendance du pays. Pour comprendre l’histoire, la culture et la société lettonnes ainsi que les enjeux politiques qui sous-tendent ces célébrations, le Journal International s’est rendu sur place. Dossier.

Troisième partie. Société : inclure l’ensemble des acteurs de la société dans les célébrations du centenaire

« Offrir à chacun la possibilité de participer activement à l’élaboration et à la réalisation de la programmation », tel est le souhait des administrateurs du programme LV100. Cet éclectisme a permis à de nombreux acteurs de la société civile de partager leur connaissance, leur savoir-faire et leurs passions.

Le site officiel du projet LV100 centralise et relaye ainsi toutes les activités et tous les événements en lien plus ou moins directs avec le centenaire, qu’ils soient initiés à l’échelle individuelle ou collective, à l’étranger ou sur le sol letton. Par exemple, l’association de tourisme du pays letton a défini sept sentiers touristiques de Lettonie qu’il est possible d’emprunter pour suivre les pas des acteurs ayant joué un rôle important dans l’histoire du pays. Ou encore, le musée Pauls Stradiņš sur l’histoire de la médecine a choisi de mettre en avant une centaine de docteurs et professionnels de la santé ayant participé au développement de la médecine du pays et à l’entretien de la santé de ses habitants.

Parmi tous les projets relayés, certains disposent d’une importance particulière. Ce sont les Projets majeurs du centenaire. Un costume national pour chacun ambitionne par exemple de valoriser les tenues traditionnelles en montrant que tout le monde, jeunes et vieux, ectomorphes et endomorphes, peut s’en revêtir tout en gardant un style certain.  Le projet Tuesi.lv, pour sa part, donne la parole à des jeunes lettons et partage leurs histoires pour montrer par l’exemple qu’il est possible de réussir en Lettonie et de travailler pour des jours meilleurs.

#iamanintrovert

Mais parmi toutes ces initiatives, l’une se démarque des autres en ce qu’elle est devenue un véritable label. Il s’agit de la campagne #iamanintrovert (je suis introverti), conçue à l’occasion de la Foire du Livre de Londres 2018, durant laquelle les pays Baltes ont été mis à l’honneur. Una Rozenbauma, à l’origine de ce hashtag, explique : « Les Lettons peuvent se sentir très gênés quand on leur fait la bise. Ou qu’on leur parle dans les transports en commun. Complimentez un Letton, son visage virera au rouge. La Lettonie est l’une des nations les plus introverties au monde. »

Quelques exemples des vêtements et imprimés créés pour la Foire expo de Londres de 2018.

Pour inverser le stigmate et faire de cet aspect un marqueur identitaire mélioratif, la campagne #iamanintrovert a initié différents projets : une série de vidéos d’écrivains lettons expliquant leur vision du monde en tant qu’introvertis, une bande-dessinée avec pour héros des écrivains introvertis ou encore une gamme de vêtements avec des phrases interchangeables d’auteurs lettons, inscrites sur un rectangle de tissu zippable, qui évoquent des comportements ou pensées d’introvertis. La campagne a connu un tel succès que durant la Foire expo de Londres, parmi les quatre profils-types d’introversion définis par Una Rozenbauma et son équipe, l’un correspondait à « introverti par effet de mode ».

Valorisation de savoir-faire

Dans un autre registre, les fonds du centenaire ont aussi permis de promouvoir un type particulier d’art, l’art culinaire.  Le chef Martins Sirmais, véritable star locale qui dispose de son propre programme de télévision, est ainsi allé cuisiner pour différentes institutions lors d’un voyage organisé à Washington DC, en août dernier. Fin connaisseur des produits lettons, il a puisé dans le vaste répertoire culinaire de son pays natal pour convaincre ses convives : entre harengs de la mer Baltique à l’aneth, saumon salé, pois au lard, poulet fumé… sans compter les innombrables soupes, ragoûts, sauces et produits laitiers. Son voyage, co-organisé par l’association des Lettons Américains et par l’église lettonne luthérienne de Washington, aura aussi permis de revitaliser une diaspora autrement très discrète.

Dans la même logique de valorisation d’un savoir-faire, le projet Latvia in Mittens, initié par le bureau du centenaire du ministère de la Culture, a convié le plus grand nombre à porter des moufles lettonnes le jour du centenaire. Cet habit, en plus de protéger les mains du froid glacial de Lettonie, est un véritable symbole. Chaque paire est tricotée à la main et contient une combinaison unique de couleurs et de motifs. Traditionnellement, il s’agit d’un cadeau très précieux que l’on offre en différentes occasions pour montrer sa politesse et son respect. Plus de 4500 paires avaient ainsi été conçues pour les délégations officielles du Sommet de l’OTAN à Riga en 2006.

Visuel conçu par le bureau du centenaire et inspiré par l’oeuvre “Liked Values” (2017) de Baiba Vaivade.

En bref, la diversité des activités, projets et initiatives relayés sur le site LV100 permet d’apprécier la société lettonne dans son ensemble. Les célébrations du centenaire ne sont donc pas uniquement un événement culturel fait de chants et de danses, mais sont aussi le résultat de la participation de chaque citoyen, acteur de la société civile ou non. C’est ainsi que le centenaire permet, à travers l’implication des individus comme des associations, la promotion d’aspects plus subtils de la société lettonne : la promotion de façons d’être et de savoir-faire par exemple. Mais y’a-t-il un enjeu sous-jacent plus global à ces célébrations, un enjeu politique ? C’est ce que nous verrons dans le dernier article de ce dossier.

Photo de bannière. La dépose des gerbes de fleurs, au pied du monument de la liberté, en souvenir des personnes tuées lors de la Première Guerre mondiale. Le 18 novembre 2018. Crédit : Ilmārs Znotiņš, Kultūras ministrijas Latvijas valsts simtgades birojs


Dans le même dossier :
Histoire : comprendre l’importance des célébrations du centenaire [1/4]
Culture : un rayonnement culturel sans équivalent dans l’histoire du pays [2/4]
Politique : promouvoir son identité et ses valeurs à travers des initiatives aux objectifs de long-terme [4/4]

Vous aimerez aussi