Le bar-restaurant de Moltivolti Crédits : Elsa Pécot

Moltivolti : bar, restaurant, co-working et justice sociale

Les frontières européennes se ferment. Les migrations continuent. Dans cette situation, l’espace Moltivolti à Palerme en Italie, s’inquiète du respect des droits de l’homme. Ce co-working, assorti d’un bar-restaurant est devenu un espace de rencontre et d’échange autour des cuisines du monde. Comment réagir face à l’immigration clandestine aujourd’hui et quelle attitude adopter ?

Après l’Aquarius, c’est au  tour du Sea Watch III d’être pointé du doigt pour avoir secouru des embarcations de migrants dans la Méditerranée. Les Organisations non gouvernementales, comme SOS Méditerranée, sont aujourd’hui accusées de favoriser l’immigration clandestine. Dans un interview en date du 29 janvier, Matteo Salvini, vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur italien, exprime sa position face à l’immigration clandestine. Il souhaite restreindre les entrées illégales sur le territoire. Selon ses mots, « [les bateaux de sauvetage et contrôle] ne peuvent débarquer seulement si des pays européens se proposent pour les accueillir. » L’attente que des pays comme la France, l’Allemagne, la Roumanie, Malte ou encore le Portugal se manifestent a duré plus de 12 jours pour les rescapés de l’embarcation retrouvés par le Sea Watch III. Comment faire en sorte que les différences deviennent une ressource, un moteur de changement et d’inclusion sociale ?

Sea Watch III dans le port de Catane Crédits : Elsa Pécot
Le bateau de sauvetage Sea Watch III bloqué dans le port de Catane Crédit : Elsa Pécot ort de Catane Crédits : Elsa Pécot

La Sicile, terre d’accueil de premier plan, vit aux rythmes des cultures qui arrivent sur son sol. L’espace de rencontres Moltivolti, coworking et bar-restaurant, dans le quartier de Ballarò à Palerme, raconte ce multiculturalisme. Moltivolti signifie multitude de visages. Ce lieu a pour vocation « de raconter le thème des migrations, sans parler de pourcentages mais de personnes », explique Claudio Arrestivo, l’un des fondateurs du site. « Les personnes ne sont plus des migrants mais deviennent des noms, des prénoms, des visages, des histoires, des désirs. Cela permet de changer de perspective. » Une carte du monde à l’intérieur du restaurant relie les différents pays par des fils rouges et porte l’inscription : « Ma terre c’est là où je pose mes pieds ». L’esprit du lieu, en une phrase.

Se raconter à travers la cuisine

Claudio Arrestivo raconte que « le projet […] se réalise en deux parties fondamentales : l’une est le bar/restaurant, un espace ouvert tous les jours, qui représente l’âme commerciale du projet et qui […] donne l’économie pour avancer. [La deuxième partie, quant à elle] est un co-working dédié à des associations qui s’occupent d’activités sociales avec un focus sur les thèmes des droits humains, des migrations et de l’inclusion sociale ». Parmi ces associations, on retrouve notamment Libera, organisation en lutte contre les mafias, Arci Porco Rosso, collectif politique, ou encore Emmaüs, mouvement créé contre la pauvreté et l’exclusion. Ces deux espaces cohabitent l’un l’autre et proposent une ouverture sur le quartier d’implantation. « Nous avons choisi l’idée du restaurant parce que selon nous, la nourriture est le moyen le plus simple et le plus immédiat pour construire de la sociabilité et pour affronter le thème de la diversité culturelle. » Le menu s’articule autour de plats siciliens, orientaux et africains.

Le bar-restaurant de Moltivolti Crédits : Elsa Pécot
Le bar-restaurant de Moltivolti
dans le quartier de Ballarò à Palerme. Crédits : Elsa Pécot

Moltivolti se trouve dans le quartier de Ballarò, connu pour sa grande diversité culturelle. « Il n’existe pas de solutions qui viennent de l’extérieur pour résoudre les problèmes d’un quartier ». Les difficultés, faire coexister des personnes d’origines diverses, deviennent ici des opportunités d’échanges et de contacts : « Nous essayons de faire en sorte que les critiques deviennent opportunités. Les situations complexes possèdent à l’intérieur d’elles-mêmes leurs propres réponses ». La diversité du dehors se retrouve aussi à l’intérieur du bar-restaurant. L’équipe qui travaille dans le lieu l’illustre très bien. Il y a d’abord ceux qui ont effectué un stage via des collaborations avec les SPRAR [Centres d’Accueil et de Protection pour les Demandeurs d’Asiles], et qui sont ensuite restés et ceux qui viennent de d’autres horizons comme les étudiants.

Se rencontrer pour apprendre à coexister

« Nous sommes arrivés bien longtemps après l’association de Santa Chiara, qui existe depuis une centaine d’année à Ballarò, et nous avons beaucoup bénéficié de leur travail », explique Claudio Arrestivo. Des conventions se sont donc créées entre les diverses activités du quartier.  « Pour moi, la nourriture c’est la communication », témoigne Said Yaccub. Il a découvert Moltivolti par les sons de musique africaine qui s’échappaient du lieu lors d’un événement. « Ce qui me plaît c’est le nom, ça évoque la diversité des visages, l’échange. L’étranger peux m’apprendre beaucoup de chose, la différence est une source ».

Moltivolti soutient aussi la plateforme Mediterranea pour le contrôle et éventuellement le secours d’embarcation dans la Méditerranée. « C’est un grand défi pour le futur. Ce n’est pas la période la plus facile pour réaliser ce genre de chose. Mais selon nous, c’est notre devoir », confie Claudio Arrestivo. Seulement soutenue par les citoyens, cette plateforme souhaite proposer une alternative aux sauvetages effectués par les ONG. Ces dernières se retrouvent en effet souvent bloquées par des décisions gouvernementales ou européennes. «Ce bateau a déjà réalisé trois missions ». Jusqu’à présent, il n’a pas eu « la nécessité de sauver des personnes en mer. [Et l’une des raisons pour laquelle a été créée cette plateforme] est de faire du contrôle, afin d’observer et de dénoncer ce qui peut se passer en mer Méditerranée »

Entretien avec Claudio Arristevo, cofondateur du Moltivolti (ci-dessous la retranscription en français)

Vous aimerez aussi