Récits de migrations : rencontre avec Marie-Odile Lainé

Bénévole à l’ASTI (Association de solidarité avec tous les immigrés) du Calvados, Marie-Odile Lainé s’est lancée dans un pari ambitieux et inédit, celui de raconter le parcours de 16 migrants. Du départ de leur voyage jusqu’à leur arrivée sur le sol français, ce livre dépeint les dures réalités du parcours migratoire de milliers de femmes, d’hommes mais aussi d’enfants du monde entier. Donner de l’espoir quand il n’y en a plus, trouver le moyen d’exister lorsque notre existence s’en est allée, voilà le défi de Rien de ce qui humain ne m’est étranger.

Trouver des repères dans une nouvelle vie

L’Association de Solidarité avec Tous les Immigrés, accueille les immigrés quels qu’ils soient pour les aider à trouver des repères dans leur nouvelle vie. Elle reçoit les migrants pour leur donner informations et assistance juridique. Une poignée de bénévoles assure chaque jour des permanences d’information : hébergement, santé, alimentation et courrier sont au programme. Par ailleurs, une dizaine d’ateliers linguistiques adaptés au niveau des apprenants sont proposés aux migrants adultes, à raison d’un atelier de 2h par semaine. Entre les cafés polyglotte, les jeux, les chants, les visites de la ville, les spectacles, tout est fait pour favoriser les échanges entre les migrants et « leur ville d’adoption ».

Donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais

Animatrice des ateliers socio-linguistiques au sein de l’ASTI, Marie-Odile s’est retrouvée confrontée aux histoires individuelles des migrants. C’est tout naturellement qu’elle a décidé de se lancer dans cette aventure : celle d’écrire un livre mettant en lumière le parcours de 16 jeunes migrants. « J’ai proposé à des apprenants de l’ASTI et du Centre Socio-culturel de la Guérinière (ndlr : un quartier sud de la ville de Caen), avec qui j’avais des liens, de me rencontrer individuellement pour me raconter leur parcours. 16 personnes, hommes et femmes, de différentes origines ont accepté. » relate-t-elle. Bien plus qu’un simple exercice de rédaction, le but était double pour eux : leur permettre d’améliorer leur français en travaillant sur l’expression de leur vécu et de leur ressenti mais aussi d’extérioriser et de se libérer du poids d’une histoire lourde et de se sentir écoutés, reconnus dans leurs souffrances.

Produire et transcrire des émotions

Informer autrement, voilà le leitmotiv de cet ouvrage engagé, puisque depuis quelques mois Marie-Odile et ses compagnons sillonnent les routes du Calvados pour aller à la rencontre de collégiens, de lycéens ou encore d’étudiants. « Il me semblait urgent de ramener le public potentiel à la réalité, au-delà des débats statistiques et politiques, celle d’êtres humains particuliers, confrontés à des situations sans issue, dans des pays dont nous ignorons trop la terrible réalité. Vu la grande capacité de résilience, de combattivité des migrants rencontrés, c’était aussi donner d’eux une image positive, susceptible de transformer la méfiance en confiance et de faciliter leur intégration ». Amener sur le devant de la scène ceux qui n’ont d’existence nulle part, ni dans un pays fui, ni dans le pays de refuge, voilà les enjeux de ce livre testimonial.

Rien ce qui est humain ne m’est étranger, est avant tout le résultat d’une aventure humaine forte à partager sans modération à partir du 3 avril 2019 et à retrouver aux éditions LSAA. Retrouvez sans plus attendre quelques passages mis en voix par la comédie de Caen à cette adresse : https://vimeo.com/comediedecaen

SOMAYA (Rien de ce qui est humain ne m’est étranger) from Comédie de Caen on Vimeo.

Photo : prise le 22 février 2018, bords du Canal St Martin, Paris, par Jeanne Menjoulet via Flick / CC BY 2.0

Vous aimerez aussi