Suède : les réfugiés doivent pouvoir repartir de zéro

La Suède se démarque sur la scène internationale par sa politique généreuse et relativement efficace d’accueil des demandeurs d’asile. À l’heure de la crise des réfugiés qui bouscule l’Europe, la société civile se mobilise et le gouvernement lutte pour conserver l’exemplarité du système d’asile suédois.

En proportion de sa population, la Suède est le pays européen à accueillir dans ses frontières le plus de réfugiés. Elle tient la neuvième place à l’échelle mondiale. Face à la récente crise des réfugiés, le gouvernement a estimé être en mesure d’accueillir cette année pas moins de 150 000 demandeurs d’asile. Rien que ces dernières semaines, entre 6 000 et 7 000 personnes ont déposé leur demande d’asile en Suède, rapporte laMigrationsverket (Agence suédoise des Migrations). Celle-ci explique : « Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles les réfugiés viennent en Suède. L’une d’entre elles est que plusieurs diasporas vivent ici, alors ils choisissent de venir pour rejoindre leurs proches ».

Au même titre que l’Allemagne, le pays scandinave compte plusieurs communautés syriennes installées de longue date, en particulier des Kurdes de Syrie. La Suède a été le premier État européen, en 2013, à accorder un permis de résidence à tous ceux qui fuyaient la guerre civile en Syrie.

« RECOMMENCER À ZÉRO »

Mais les réfugiés sont avant tout attirés par la générosité et l’efficacité qui caractérisent le système d’accueil suédois. « La Suède a une bonne réputation internationale en matière de gestion des réfugiés, grâce à un haut niveau d’État de droit, souligne la Migrationsverket. L’accueil des demandeurs d’asile est de très bonne qualité. » Après s’être enregistrés à laMigrationsverket, les nouveaux arrivants sont logés et nourris dans des centres d’accueil à travers le pays, pendant le traitement de leur demande d’asile, qui prend en moyenne 6 à 7 mois. Pendant ce temps, ils bénéficient d’un enseignement gratuit de la langue et de la culture, ainsi que d’une formation professionnelle pour faciliter leur intégration à la société suédoise. Tandis que les enfants sont scolarisés dès leur arrivée, les adultes peuvent commencer à travailler immédiatement, un cas unique en Europe. La naturalisation peut être demandée après 4 ans de résidence sur le territoire suédois.

Nasser Mosleh - Crédit Ophélie Marillot

Nasser Mosleh – Crédit Ophélie Marillot

Nasser Mosleh, chef de groupe du Miljöpartiet de gröna (Parti de l’environnement – les Verts) au sein de la municipalité d’Umeå, la première ville de la moitié nord du pays, explique l’esprit d’hospitalité dont fait preuve son pays : « En Suède, et particulièrement dans notre parti, nous voulons donner la possibilité à ceux qui ne sont pas en sécurité dans leur pays d’origine de tout recommencer à zéro et de pouvoir se sentir comme chez eux ».

L’INTÉGRATION AVANT TOUT

À Umeå, ville dirigée par une coalition « rouge-vert », les réfugiés accueillis étaient relativement peu nombreux jusqu’à présent. « Depuis deux mois, la ville est sous contrat avec l’Agence : nous allons accueillir 480 réfugiés par an », explique Nasser Mosleh. Les nouveaux arrivants demandeurs d’asile, une fois enregistrés à la Migrationsverket locale, bénéficient du processus d’intégration Viva introduktion, proposé par la municipalité. Tandis que les jeunes assistent à un programme d’intégration de 6 semaines incluant un enseignement de la langue suédoise et un « cours d’intégration », les adultes peuvent suivre le programme « Swedish for Immigrants » qui fournit un socle de connaissances en langue suédoise, ainsi que sur les particularités de la vie quotidienne en Suède, dans le milieu social comme professionnel.

« REFUGEES WELCOME »

Face à la crise des réfugiés qui déchire l’Europe, la société civile suédoise se mobilise. L’organisation de jeunesse rattachée au Miljöpartiet de gröna, Grön Ungdom (Jeunesse verte), a organisé le mois dernier des rassemblements à travers tout le pays en soutien aux réfugiés. À Umeå, ce « Refugees Welcome » a eu lieu le 13 septembre, la veille d’un déplacement du Premier ministre Stefan Löfven à Bruxelles où il se rendait pour évoquer la crise des réfugiés. Grön Ungdom, qui prône « une Suède ouverte et sans frontières » selon Khalil Karimi, porte-parole de l’organisation dans la province du Västerbotten où se trouve Umeå, voulait faire savoir au chef du gouvernement et à ses homologues européens que les Suédois soutenaient une « Europe humaine », insistant sur l’impératif de solidarité et la « responsabilité commune » des pays européens. L’événement, qui a rassemblé près de 2 000 personnes, « a rencontré un très grand succès, affirme Nasser Mosleh. Nous ne nous attendions pas à autant de personnes ».

Crédit Grön Ungdom

Crédit Grön Ungdom

16 autres associations sont venues se greffer au projet, de Save the Children à la Croix-Rouge suédoise en passant par des organisations religieuses, musulmanes et chrétiennes. La directrice de l’université d’Umeå, qui soutenait également le projet, s’est dite impressionnée par la coopération entre les organisations de jeunesse, dont les représentants de tous les bords politiques, à l’exception de l’extrême droite, étaient présents, un cas unique dans le pays. Depuis, le projet initialement limité à un rassemblement ponctuel continue de vivre à travers un réseau de volontaires qui organisent, par exemple, l’accueil des réfugiés dans les gares et les aéroports. Si l’Union européenne a voté le 22 septembre, malgré la réticence de certains pays, la répartition en deux temps de 120 000 demandeurs d’asile en Europe, les choses ne s’améliorent pas pour autant, selon Khalil Karimi : « Les portes restent fermées, par exemple en Grèce ».

UNE HAUSSE FRAPPANTE DU NOMBRE DE MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

Le système d’asile suédois, pourtant très développé, doit faire face à de nouvelles difficultés. La Migrationsverket a enregistré cette année une hausse frappante du nombre de mineurs non accompagnés parmi les nouveaux réfugiés par rapport à l’année 2014. Pour venir en aide aux municipalités débordées, le gouvernement a annoncé en septembre une rallonge budgétaire de l’équivalent de 150 millions d’euros. « Ces deux dernières semaines, l’Agence a réorganisé son équipe de manière à prioriser l’enregistrement des mineurs, explique la Migrationsverket. Mais il est important de rappeler qu’il y a beaucoup d’autres organisations publiques qui travaillent avec les mineurs non accompagnés, comme les services sociaux et les municipalités locales ».

Crédit Grön Ungdom

Crédit Grön Ungdom

À Umeå, la société civile se sent concernée par ce nouvel aspect du phénomène migratoire.« Grön Ungdom est pour un meilleur accueil des mineurs non accompagnés, pour des écoles adaptées, des familles d’accueil formées et informées, affirme Khalil Karimi. La municipalité a signé un accord pour accueillir des mineurs non accompagnés, mais le nombre est faible rapporté à la population, comparé à d’autres villes de la région comme Skellefteå. » Ce nombre faible s’explique par les difficultés d’accès au logement rencontrées par les habitants.

L’EXTRÊME DROITE « CONSTRUIT UNE IMAGE FAUSSE DES RÉFUGIÉS »

Le parti d’extrême droite Sverigedemokraterna (Démocrates de Suède), dénonçant la générosité du système d’asile qui menacerait le modèle social et culturel suédois, est arrivé pour la première fois en tête dans un récent sondage, recueillant 25 % des intentions de vote. Khalil Karimi souligne que leurs seuls thèmes de campagne sont dirigés contre les réfugiés.

« Les Démocrates de Suède ont construit une image complètement fausse des réfugiés pour que les Suédois en aient peur », explique Nasser Mosleh. « Ils leur ont fait croire qu’en accueillant les réfugiés, l’économie suédoise allait s’effondrer, dénonce-t-il. Or, ce n’est pas ce qui s’est passé, car le gouvernement a un budget spécial pour la cause humanitaire, généralement utilisé pour venir en aide aux pays en développement, par exemple en finançant la construction d’écoles et d’hôpitaux en Afrique. C’est ce budget qui est utilisé pour accueillir les réfugiés. ».

« UN DÉFI SUBSTANTIEL À RELEVER »

Malgré tout, le gouvernement est sous pression, et ne s’en cache pas. « Nous sommes fiers de notre histoire mais nous devons en même temps être honnêtes : le nombre actuel de réfugiés demandant l’asile en Suède est un défi substantiel à relever, admet le ministre de la Justice et de l’Immigration, le social-démocrate Morgan Johansson. Trouver des logements et des refuges est particulièrement urgent, et les autorités suédoises sont actuellement obligées d’utiliser des lieux d’urgence, comme des centres sportifs, pour accueillir les demandeurs d’asile. La Suède sera capable de gérer la situation, mais cela nécessitera des efforts considérables de la part du gouvernement, des municipalités et également des acteurs civiques ».

Après l’adoption du mécanisme de répartition des réfugiés dans l’Union européenne, dont la Suède a été « l’un des principaux architectes », le ministre estime que « l’Union européenne doit mettre en place un mécanisme permanent et obligatoire de redistribution sur le long terme », déplorant le fait qu’« en ce moment, un petit nombre de membres de l’Union européenne a la charge d’une part disproportionnée du fardeau ».

Quant à la récente montée de l’extrême droite, Morgan Johansson ne croit pas qu’il soit pertinent de l’associer à un déclin de la solidarité chez les Suédois : « ce que nous voyons en ce moment, c’est qu’une claire majorité du peuple suédois est favorable à une politique d’asile humaine. L’actuelle crise des réfugiés accroît au contraire la solidarité dans l’opinion publique suédoise. C’est un changement digne d’intérêt, auquel je suis fier d’assister. Je crois que le réel fondement de l’émergence de nouveaux groupes d’extrême droite est le chômage et les différences économiques entre les groupes. Réduisez le chômage et l’injustice économique, et ces mouvements perdront en puissance ».

Vous aimerez aussi