Un Noël autour du monde

Par SAMUEL KAHN, ALIA FAKHRY, MARIA GERTH-NICULESCU, MANON BÉGHAIN, ADRIEN CARTON, JEAN-BAPTISTE RONCARI

Le Journal International vous emmène faire un petit tour du monde pour fêter Noël en Suède, à Taïwan, en Éthiopie, en Roumanie, en Lettonie et en République tchèque. Rien que ça ! Retour sur les traditions de Noël aux quatre coins du globe.

SUÈDE : GOD JUL !

Les hivers en Suède sont rudes et longs, les températures peuvent atteindre -40° en Laponie et les rayons du soleil se font rares, ne se montrant que 4h de par jour dans l’extrême Nord. Une chose est sûre, les Suédois savent faire la fête, et Noël ou Jul est peut-être la plus belle. De par les conditions climatiques dans lesquelles ils vivent, les Suédois ont développé – de la même façon que leurs voisins Scandinaves – un vrai « art de vivre à l’intérieur » où mysigt (chaleureux) est le mot d’ordre. Mais bien qu’il faille à tout prix les protéger du froid, les maisons suédoises manquent étonnamment de volets. « Evidemment, me répond une amie originaire de Stockholm, c’est pour montrer à tous ce qui passent la rue un intérieur beau et accueillant ».

Noël se fête et se prépare avant tout à la maison. Car si la fête de Noël est la plus grande célébration de l’année, les préparatifs qui débutent le 1er décembre étendent l’esprit de fête sur toute la période dite de l’Avent, ponctuée de nombreux rituels. Si comme chez nous, les enfants ont le droit à une douceur tous les soirs, ils se régalent également chaque matin avec un nouvel épisode d’un conte de Noël diffusé à la manière d’une série télévisée et dont le nœud gordien n’est révélé que le 25 décembre. Et chaque dimanche de l’Avent, c’est l’occasion d’allumer une nouvelle bougie en comptant les jours qui nous séparent encore de la venue du Tomte, petit lutin qui dans la tradition scandinave distribue les cadeaux aux enfants les plus sages.

Une autre grande tradition hivernale anime le cœur des Suédois chaque année : la célébration de Lucia le 13 décembre, considérée comme la journée la plus courte, ou la nuit la plus longue de l’année au cours de laquelle la martyre Sainte Lucie de Syracuse apporte la lumière au pays de l’obscurité. Bien qu’il s’agisse d’une fête païenne, l’évènement prend place dans les églises, où de longues processions de jeunes filles vêtues de robes blanches et tenant une bougie à bout de bras entament en chœur les traditionnels chants de Lucia. Pour l’occasion, les boulangeries se remplissent de lussebullar, des petits pains sucrés d’un moelleux rare parfumés au safran et aux raisins.

Car passer Noël en Suède c’est aussi une affaire de gourmandise. Sur les marchés de Noël, impossible de manquer le traditionnel glögg, un vin chaud sucré et épicé dans lequel on laisse tomber des amandes et des raisins secs, que l’on croque avec la dernière gorgée de vin. Et avec ceci, vous prendrez bien quelques pepparkakor, des petits sablés aux épices que l’on retrouve dans toute bonne maison suédoise. Une maison d’ailleurs, c’est souvent ce que les petites têtes blondes construisent avec ce qui reste de la pâte du pepparkaka et qu’ils décorent de sirop de sucre.

Et vous pouvez même oublier les cadeaux, Jul en Suède c’est avant tout un moment en famille avec du bon lax (saumon) ou les immanquables kottbullar (boulettes de viandes, en vente dans votre IKEA le plus proche) accompagnées de confiture d’airelles. Alors si vous ne savez pas quoi faire pour les fêtes, venez faire un tour en Suède !

God Jul och Gott Nytt Ar !

TAÏWAN : PÉTARDS ET FEUX D’ARTIFICE

À Taïwan, ancienne province chinoise épargnée par la révolution culturelle, le bouddhisme est omniprésent. À chaque coin de rue, dans tous les villages, des temples colorés sont recouverts d’offrandes et de bâtons d’encens. Les fêtes sont célébrées massivement avec force pétards et feux d’artifices. Mais l’île commence à s’occidentaliser. Dans le centre ville de Kaohsiung, les grandes boutiques résonnent des chansons de Noël. Même les vendeurs des 7/11, magasins de proximité aussi répandus que les temples sus-cités se sont affublés de bonnets rouge et blanc. Les bars fréquentés par les expatriés ont pour la plupart programmé une soirée de Noël que les jeunes Taïwanais attendent avec impatience.

Finalement, même débarrassé de son sens religieux et de l’esprit de réunion familiale, Noël reste une occasion de faire la fête et de socialiser, jusqu’en Asie.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE : VESELÉ VÁNOCE !

En République tchèque, le Père Noël n’a pas de soucis à se faire, « Jezisek » prend la relève. Ce Petit Jésus, avec son chapeau à pompon et ses ailes s’occupe de distribuer les cadeaux aux enfants sages. La Tchéquie étant un des pays les moins croyants d’Europe, pas vraiment de connotation religieuse ici. Néanmoins les crèches sont présentes dans les églises et dans les maisons, accompagnées du traditionnel sapin. Certaines familles assistent également aux messes le soir du 24 avant de rentrer et d’ouvrir les cadeaux. Pour le repas, ça sera de la carpe. Vous trouverez des vendeurs à chaque coin de rue de Prague et il est commun de l’acheter vivante et de la faire vivre un temps dans la baignoire avant de la déguster le soir du réveillon avec une salade de pomme de terre. L’idéal est de conserver une écaille, paraît-il qu’en la rangeant dans votre portefeuille, c’est la prospérité assurée pour l’année à venir.  Enfin, une fois repu, rien de tel que de se poser devant un conte de fée, dont les Tchèque raffolent, Trois Noisettes pour Cendrillon, l’adaptation de 1973 en est un très bon exemple.

Sur ce, Veselé Vánoce !

ÉTHIOPIE : JÉSUS EST NÉ LE 29 DÉCEMBRE ?

L’Ethiopie ne suit pas le calendrier grégorien et Noël ne se fête donc pas en même temps que dans la plupart des pays. Nous sommes dans l’année 2007 selon le calendrier éthiopien, et la naissance de Jésus est fêtée le 29 Décembre.  A l’image de la plupart des fêtes religieuses, Noël (Genna) est fêté en famille avec, si l’argent le permet, un repas à base de viande. Beaucoup de familles éthiopiennes ne consomment pas de viande régulièrement à cause de son prix, mais difficile de trouver un repas végétarien un jour de fête. La veille de Noël est un jour de jeun, ce qui rend le repas de Noël d’autant plus anticipé. Bien évidemment, la cérémonie du café est maintenue et représente l’occasion d’inviter les voisins pour un moment convivial. La frénésie occidentale des cadeaux de Noël n’existe pas, mais il est coutume d’offrir des habits aux enfants.

Sans oublier, bien sûr, d’aller à l’église. La messe de Noël débute à 4h du matin et chacun reçoit une bougie à l’entrée. L’Ethiopie est un pays très religieux à majorité orthodoxe, et si Noël se transforme progressivement en fête commerciale dans beaucoup de pays, les Ethiopiens voient ce jour avant tout comme un événement religieux et une occasion de plus d’exprimer leur foi tout en passant un bon moment avec leurs proches. Tiruye, une mère de famille, affirme que sa fête préférée est « Noël. Parce-que c’est la naissance du Christ, et je suis chrétienne ! ». Le mois de décembre tombe en été – Noël est donc souvent accompagné d’un beau soleil, ce qui se prête bien à l’habit traditionnel blanc en coton.

Melkam Genna !

ROUMANIE : CRĂCIUN FERICIT !

Derrière les marchés de Noël où vin chaud, artisanat et bonne humeur s’entremêlent, derrière les guirlandes, les sapins et les faux Père Noël, une véritable fête religieuse se cache. Pour le peuple roumain, principalement chrétien orthodoxe, Noël souffle comme un vent de liberté sur ceux qui ont pendant longtemps été privés de croire. De 1967 à 1989, Nicolae Ceaușescu, alors président de la République roumaine, avait interdit toute forme de croyance. De nos jours, la tradition veut que lors du Réveillon et du jour de Noël, on chante des chants religieux, on décore les sapins, on offre des cadeaux, tout cela autour d’une table bien garnie en spécialités telles que du Sarmale, chou farci de viande servi avec des légumes, du caltaboș ou du Tôbă, charcuterie, et en dessert, du cozonac, brioche traditionnelle.

Crăciun Fericit à tous !

LETTONIE : PRIECĪGUS ZIEMASSVĒTKUS

En Lettonie, une fois le solstice d’hiver passé, les jours commencent à se rallonger et la période de Noël coïncide avec la renaissance du soleil. Même si les traditions sont aujourd’hui rarement respectées, les villageois avaient pour usage de se parer d’un masque et d’aller de ferme en ferme afin d’effrayer les mauvais esprits. On brûlait en outre un tronc d’arbre, symbole des malheurs passés. De nos jours, la fête de Noël est l’occasion de se réunir en famille auprès d’un arbre décoré de bougies et autour d’une table où les cookies au gingembre succéderont au plat principal composé d’aliments suffisamment gras pour tenir chaud.  Les produits locaux achetés au marché de Noël trouvent bien sûr leur place à cette période : le miel (classique ou au chocolat), le Balzam, la confiture, le pain d’épice ou encore le thé pour ne citer qu’eux.

Priecīgus Ziemassvētkus !

Photo de bannière. Crédit : jill111 (Pixabay).

Vous aimerez aussi