Grace Mugabe, première dame du Zimbabwe, entre en procédure judiciaire. Accusée d’avoir agressé une mannequin le mois dernier, elle avait obtenu l’immunité diplomatique. Mais mardi, la supposée victime a saisi la justice pour qu’elle revienne sur cette immunité. En matière de polémiques, l’épouse de Robert Mugabe n’en est pas à son coup d’essai. L’occasion pour Le Journal International de revenir sur l’une de ses déclarations choc. En 2015, elle avait affirmé que les femmes portant des mini-jupes étaient coupables en cas de viol.

Crédit Flora Teixeira.

Crédit Flora Teixeira.

Vous aimerez aussi