Tallinn, la ville la plus chère des pays baltes

Loin derrière Vilnius et Riga en terme de population, Tallinn est la capitale la plus onéreuse des trois pays baltes. Le Journal International a tenté de comprendre pourquoi.

Comparée à ses concurrentes directes, Riga et Vilnius, Tallinn, capitale de l’Estonie de 430 000 habitants, est une petite ville. Elle est située dans la partie nord-est de la région Baltique. Cette position lui offre une proximité avec de nombreuses villes phares, telles qu’Helsinki, Saint-Pétersbourg et Stockholm. La plus grande ville estonienne compte également son lot de touristes étrangers. Rien qu’en 2014, elle en a accueilli 1,4 millions entre ses murs, d’après les statistiques réalisées par Estonia Data.

La plupart des étrangers ne s’attardent pas plus d’une semaine à Tallinn. Mais certains choisissent d’y rester pour un an, notamment dans le cadre des études supérieures. L’université Tallinn Ulikool a reçu plus de 900 étudiants étrangers en 2015. Des élèves faisant partie du programme Erasmus+ ou effectuant l’intégralité de leur diplôme. S’ajoutent à ceux-là les étudiants internationaux d’autres établissements, tels que la Tallinn University of Technologic ou l’EBS Business School. En tout, ils sont des milliers d’expatriés à rester un semestre ou deux à Tallinn.

Dès leur arrivée, ils sont nombreux à être surpris par les prix. C’est le cas de Moritz Shuchmann, actuellement en stage à Tallinn pour une durée quatre mois. Le jeune Allemand constate : « Tallinn est loin d’être si peu chère que ça. De ce que j’ai pu remarquer en tant qu’Allemand, les prix sont plus ou moins les mêmes [qu’en Allemagne]. Cela dépend des produits, mais pour ce qui est des prix pratiqués par les supermarchés par exemple, c’est la même chose qu’en Allemagne. Les salaires, par contre, sont beaucoup plus bas. La vie doit être parfois très dure pour les Estoniens vivants à Tallinn ».

Des conditions de vie difficiles pour les Estoniens

En Estonie, le salaire minimum de 350€ est plus élevé qu’en Lettonie et en Lituanie. Le pouvoir d’achat est pourtant beaucoup plus bas, comme l’explique l’Estonienne Louvise Kruus. « On va dire que la plupart des personnes gagnent entre 300 et 500 euros par mois. Sauf que dans cette somme, il faut déduire le loyer qui est de 150 euros, voire plus. Ensuite, il faut payer les charges qui peuvent être très élevées en Estonie, parce que l’hiver est assez violent, donc un montant moyen de 120 euros par mois. Après il y a la nourriture à payer, les loisirs. C’est difficile de s’en sortir à Tallinn ». Une situation que confirme Léa Barrat [le nom a été modifié], une française qui travaille depuis un an à Tallinn. « Il m’est arrivé d’être confrontée à des circonstances assez horribles où des amis Estoniens à moi n’avaient pas mangé depuis deux, trois jours ».

Les Estoniens ne sont pas les seules victimes des prix de Tallinn. Parmi les étudiants étrangers venus étudier dans la capitale, certains se sont retrouvés en difficulté face au budget demandé, comme Ernesta Karosaite. Venant de Lituanie, l’étudiante en cinéma a été surprise par les écarts de prix. « Les différences de vie entre Tallinn et Vilnius sont très apparentes. Surtout quand on regarde les prix pratiqués les prestataires de services, comme les salons de coiffures, les restaurant, etc. Tout est beaucoup plus cher en Estonie, même le logement. Donc, de manière générale, il m’a fallu plus d’argent pour vivre ».

Une proximité avec la Finlande lourde de conséquences

dsc_3838

Le port d’Helsinki. Crédit Camille Simonet

Tallinn se situe à seulement quatre-vingt kilomètres d’Helsinki, la capitale de la Finlande. En d’autres termes, deux heures de bateau suffisent pour rejoindre les côtes Finlandaises, où la vie est extrêmement chère. Il est fréquent de voir des Finlandais prendre le bateau plusieurs fois par mois pour faire leurs courses à Tallinn. Certains Finlandais qui travaillent à Helsinki choisissent même d’habiter à Tallinn pour profiter des prix qui sont clairement avantageux pour eux. Tallinn compte 2 500 Finlandais dans sa population selon les registres de citoyenneté Estonienne, sans inclure ceux qui ne se sont pas inscrits.

Une des raisons qui pousserait la capitale Estonienne a afficher des prix aussi élevés serait qu’elle essaye de s’aligner sur la Finlande. Ernesta explique : « ce voisinage avec la Finlande, où les prix sont beaucoup plus élevés, a une grande influence sur Tallinn. D’autant plus que des Finlandais créent leur entreprise à Tallinn et génèrent ainsi un gros revenu économique pour l’Estonie. Il y a donc une volonté de les attirer en prenant exemple sur leur culture, mais aussi d’en profiter en augmentant les prix ».

Se débarrasser de sa réputation d’ex-pays communiste

En 2005, l’Estonie a posé sa candidature au Conseil nordique pour passer du statut de pays de l’est à celui de pays scandinave. Pour se débarrasser de sa réputation d’ancien pays communiste, l’Estonie se montre prête à faire quelques sacrifices. L’augmentation des prix de Tallinn est l’un d’entre eux. Cela permettrait de prétendre à un produit intérieur brut plus conséquent qu’auparavant. Une des conditions essentielles à l’intégration du club des pays Scandinaves. Pour autant, le chemin est encore très long. Rien ne semble avoir vraiment changé depuis 2005, à part la détresse croissante des Tallinnois.

Photo de bannière : Le vieux centre de Tallinn. Crédit Camille Simonet.

Vous aimerez aussi