Crédit Nisse Schmidt.

Vasaloppet : au-delà de l’effort

Chaque année, la mythique course de ski de fond suédoise ne cesse d’attirer les amateurs de sensations fortes des quatre coins de la planète. Mais pour les locaux, elle est avant tout un lien entre passé, présent et avenir.

Skis fixés aux pieds et bâtons à la main, les participants de la Vasaloppet [« course de Vasa », ndlr] s’élancent chaque année dans un véritable marathon. Déterminés à dépasser leurs limites, ils sont aussi prêts à faire revivre l’Histoire… à leur façon.

Le 5 mars dernier, ce ne sont pas moins de 50 500 participants de près de 60 nationalités différentes qui se sont lancés à la conquête des 90 kilomètres d’épreuve au cœur de la nature suédoise. Un nombre croissant d’année en année, ce qui confirme le succès de cet événement sportif international unique. Retransmise en direct sur les chaînes nationales et commentée par des experts de la discipline, la Vasaloppet réunit petits et grands sur le terrain comme derrière le petit écran.

Crédit Steven Hale.

Crédit Steven Hale.

La course se distingue d’abord par sa difficulté. À ce jour, elle est d’ailleurs la plus ancienne mais aussi la plus longue épreuve de ski de fond au monde. Bien que la compétition attire des skieurs de renommée internationale, la victoire ne semble pas être le but premier des concurrents. Y participer et dépasser ses limites est déjà une victoire en soi.

Un bout de culture suédoise

La symbolique de l’épreuve ne s’arrête pas au simple exploit physique. Elle est avant tout une tradition historique. Participer à la Vasaloppet, c’est d’abord le moyen de faire revivre un petit bout d’histoire nationale, si chère aux Suédois. « C’est avant tout un événement unique au monde directement lié à l’histoire de la Suède », explique Martin, jeune Suédois passionné de ski de fond.

Créée en 1922, la course reprend précisément le tracé de Gustave Vasa. Il avait tenté de fuir en ski vers la Norvège et pour rallier le peuple suédois contre l’invasion danoise. Il s’agit d’une anecdote historique fondatrice. Elle marque la naissance d’une des dynasties les plus célèbres de l’histoire du pays ainsi que la naissance du Royaume de Suède moderne. « La Vasaloppet et le ski de fond nous font sentir Suédois », ajoute Martin.

Une course ouverte à tous

Si les 90 kilomètres sont réservés aux skieurs les plus chevronnés, rien n’empêche aux autres de participer à leur façon aux festivités. Il existe pas moins de dix épreuves différentes aux niveaux de difficulté croissants. Épreuve nocturne, courte ou ouverte aux enfants et adolescents… la Vasaloppet n’exclut personne. Au contraire, elle rassemble. C’est d’ailleurs l’enthousiasme de la foule et des concurrents que Martin mentionne pour expliquer son importance en Suède.

Pour beaucoup, participer à cet événement permet de passer du bon temps tout en faisant revivre des traditions centenaires. Des rituels traditionnels, comme la dégustation de blåbärssoppa, l’emblématique soupe de myrtille énergétique, sont pratiqués par les skieurs. Au fil des années, la Vasaloppet s’est donc progressivement transformée en véritable rassemblement populaire. Elle s’étend entre la fin de février et le début de mars. Une édition estivale de la course a d’ailleurs vu le jour pour les passionnés de cyclisme et de course à pied. Peu importe l’âge, le milieu social ou les capacités physiques, chacun peut ainsi vivre l’événement à sa façon.

Photo de bannière : crédit Nisse Schmidt.

Vous aimerez aussi